Accueil » Genève Ville » Thèmes » Tribune libre
mercredi, 09 octobre 2019 16:18

Prise de position contre l'objet M-1431 : "La Ville doit arrêter de subventionner les dealers"

Prise de position d’Omar Azzabi, conseiller municipal en Ville de Genève, sur l'objet M-1431 : "La Ville doit arrêter de subventionner les dealers" lors de la plénière du 8 octobre 2019.

 

Merci Mme La Présidente, Messieurs-dames les conseiller.ère.s municipaux.ales,

Il est une époque où la gauche est souvent qualifiée d’utopiste ou de surréaliste, aujourd’hui, le 8 octobre 2019, nous pouvons attester que le MCG nage en plein rêve ou se berce en pleine fumette (si puis-je dire). L’Usine, ce quartier, cette association faitière, ses 18 associations membres, THE lieux de vie nocturne du canton et surtout cette institution présente aussi bien dans les souvenirs de nos grands-parents que ceux de nos enfants. Qui à Genève oserait aujourd’hui ne pas y avoir passé une soirée, qui oserait affirmer qu’il.elle n’y a jamais vu de deal, qui oserait avouer qu’il.elle n’a jamais découvert.e toute ou une partie de culture alternative genevoise en ces lieux ? Personne, je ne dis bien personne et ce pour une simple raison, l’Usine fête ses 30 ans, et cela fait 30 ans que cela dure, l’ensemble du dispositif, de l’associatif et le culturel mais aussi 30 ans que le deal de drogue y est présent.

Voilà que le Mouvement anti-Cocaïne Genevois voudrait nous faire croire qu’une motion et 3 invites (dont deux qui sont absolument sans queue ni tête) vont nous permettre de régler un problème tout aussi complexe qu’intergénérationnel que représente le deal de rue.

Que voulons-nous dire par « faire toute la lumière sur cette problématique qui empoisonne la vie des Genevoises et des Genevois », par quels moyens ? Des arrestations massives de « ces dealer.euse.s », une présence policière 24h/24h 365 jours/an ou encore des caméras à tous les coins de rue ?

Que voulons nous dire par « collaborer avec les autorités cantonales afin de déloger ces dealer.euse.s du quartier », n’existe-t-il pas un contrat local de sécurité qui date de 2017 et qui règle cette question ? Voulons-nous réinventer la roue en termes de collaboration alors que, justement, une réflexion est en cours en CSDOMIC à notre niveau, au niveau du Magistrat en charge de la sécurité et surtout au niveau cantonal avec la suite du rapport de la Cour des Comptes concernant « l’audit de légalité et de gestion relatif au dispositif de police de proximité » ?

Ensuite, où voulons nous aller avec le gel des subventions de « l’Usine » pour l’année 2020 tant que la situation n’est pas résolue. Geler la principale subvention permettant aux 18 associations de louer les bâtiments ? Tuer le lieu de vie historique de la Genève nocturne ? Geler une subvention destinée à des associations aussi diverses et variées que leurs activités consistant en : un studio d’enregistrement (coffre-fort), des concerts (Kalvingrad), un atelier d’artistes pluridisciplinaire (SHBLTH), un Cinéma alternatif (Le Spoutnik), etc.

Et bien voilà mesdames et messieurs, une preuve de plus que la « sécurité » à Genève est loin d’être noire ou blanche, que la complexité de la situation ne se résout pas en armant des policier.ère.s municipaux.ales, en gelant les subventions permettant au plus haut lieu de la culture alternative genevoise d’exister ou en décrétant, encore une fois, vouloir régler le deal de drogue par la répression. Nous regrettons d’ailleurs le message du Conseiller d’Etat Poggia sur le sujet puisqu’il consiste majoritairement en une réponse répressive à la situation au lieu d’amener une approche différente par rapport ce qui se pratique à Genève depuis 30 ans..

Il est tout de même essentiel de rappeler certains éléments de base pour dénoncer la mesquinerie d’un tel texte :

  • Tout d’abord, à l’heure où nous parlons, il n’existe aucun lien avéré et condamné par la justice entre l’association et la situation du deal de rue dans le quartier. Même si une enquête est en cours, en aucun cas, cette faitière d’associations n’est visée pour un lien direct entre ses activités et le deal de rue. L’association a même martelé son combat contre le deal dans une interview de la TdG du 29 mai dernier, je cite : « Le trafic et la consommation de drogue sont strictement interdits dans l’Usine! Une personne qui deal, consomme ou cache de la drogue à l’intérieur est systématiquement exclue. Celles qui récidivent sont interdites du bâtiment. C’est une lutte continue et on se bat fermement contre ça! »
  • De plus, pourquoi vouloir s’attaquer au quartier de l’Usine alors que le deal existe également aux Pâquis, à Geisendorf, au Jardin anglais ou ailleurs. Cela vient sûrement des plaintes et des actions récentes des habitant.e.s à qui une réponse populiste vaut mieux qu’une réflexion amenant une solution de fond. Cela vient aussi peut être d’une rumeur à propos de l’accroissement du deal dans le quartier qui n’a jamais été confirmé par les autorités dont la police. Là où les Vert.e.s entendent les nuisances dénoncées par les associations de quartier dans le voisinage de l’Usine, nous affirmons que les réponses simplistes et répressives prônées par le MCG ne démontrent aucunement leurs efficacités contrairement à celles mises en place depuis plus de 30 ans !
  • Pourquoi le deal de rue se concentrerait-il à l’Usine ? Rappelons qu’aujourd’hui les lieux d’animation nocturnes à Genève se font de plus en plus rares, de plus en plus chers et qu’aucune solution politique n’est entreprise malgré une initiative d’importance et des recommandations adoptées par le Grand Conseil de la Nuit (2017 : stratégie territoriale pour la vie nocturne, culturelle et festive). Que vous le vouliez ou pas, l’Usine reste le seul lieu d’animation nocturne ouvert toute la semaine ou presque, à des prix raisonnables et sans qui, la situation serait bien pire puisque nous manquerions cruellement d’alternatives une fois les bars fermés dans notre Ville.
  • L’Usine serait donc un lieu de prédilection parce que l’association pousserait les fêtard.e.s à faire marcher le commerce local de drogue ? Soyons sérieux.euses Messieurs-Dames, nous le savons tous.tes, selon l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, Genève est la cinquième ville européenne à consommer le plus de cocaïne. Nous savons tous.tes que les fêtard.e.s du quartier ne représentent qu’une petite masse des consommateur.trice.s et que les plus gros client.e.s se trouvent aujourd’hui dans le quartier des banques adjacent mais que le costume-cravate ou tailleur les rend tout à fait plus discret.ète.s.

Si l’extrême droite veut entreprendre une vraie réflexion sur le sujet, arrêtons donc les pansements et passons aux vrais traitements si puis-je dire. Nous sommes ouvert.e.s, mais ce texte ne ressemble à rien de plus qu’à de l’opportunisme politique. Le sujet n’est pas nouveau et les Vert.e.s ont toujours attendu la mise en place de pistes alternatives à la répression : la légalisation de certaines drogues (comme c’est le cas au Portugal ), la mise en place de médiation de quartier à grande échelle (mettre autour de la table les associations de l’Usine et celles du quartier, les polices municipales et cantonales ainsi que les autorités municipales et cantonales), repousser le deal de ce quartier dans un endroit moins habité où un travail de prévention pourrait s’entreprendre, etc.

C’est pour toutes ces raisons que nous refuserons ce texte et que nous invitons les partis de cette plénière à revenir avec des solutions plus sérieuses par le biais d’une vraie conversation de fond.

L’UDC n’a pas réussi à faire fermer la Rote Fabrik de Zürich, le MCG n’arrivera pas à faire fermer l’Usine de Genève, du moins, pas sans la résistance de l’Alternative et du milieu de la culture alternative genevoise.

Liens :

http://www.premiereligne.ch/profil-des-usagers/

https://www.usine.ch/lassociation-lusine

https://www.tdg.ch/suisse/suisse-romandedealers-infime-minorite-requerants/story/11681271

https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/deal-rue-usine-repond-critiques/story/25587899

https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/liens-troubles-usine-dealers-rue/story/10735725?fbclid=IwAR3FWdX4lymZ5QjTNswV5dDfNGHF5P2LIN8FbxNHrdhqIb6jIygh3U3vhvg

https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/usine-doit-espace-nondroit/story/15157157

https://lecourrier.ch/2019/07/22/arrestations-musclees-a-lusine/

http://www.ville-geneve.ch/fileadmin/public/Departement_1/Publications/comptes-2018-ville-geneve-2.pdf

Les Verts genevois ?

Écologiquement cohérents, socialement engagés, globalement solidaires.

Lire la suite

Recevoir la newsletter ?

Nous contacter ?

14, rue des Voisins
case postale 345 - 1211 Genève 4

Tél. +41 22 800 38 48
E-mail : info(at)verts-ge.ch
CH15 0839 0034 9879 1000 6
Parti écologiste genevois (Les Verts)
Formulaire email et plan d'accès

Rester connecté-e !

facebooktwitteryoutubeinstagramrss