Actualités - Les Verts - Genève - Les Verts - Genève https://www.verts-ge.ch Thu, 19 Jul 2018 22:40:46 +0200 Joomla! - Open Source Content Management fr-fr Crédit suisse: finance contre climat https://www.verts-ge.ch/signer/petitions/item/4881-credit-suisse-finance-contre-climat.html https://www.verts-ge.ch/signer/petitions/item/4881-credit-suisse-finance-contre-climat.html Crédit suisse: finance contre climat

A Standing Rock (USA), des populations autochtones se sont opposées pacifiquement au Dakota Access Pipeline (DAPL) ce qui a inspiré des millions de personnes sur toute la planète. Ni l’engagement de gaz lacrymogène et de canons à eau, ni de chiens de combat n’a pu briser les protestations des protecteurs de l’eau.

Energy Transfer Partners, le groupe industriel qui a construit le DAPL, tente maintenant de faire taire Greenpeace et d’autres avec une plainte d’USD 900 millions pendant qu’il construit le nouveau Bayou Bridge Pipeline en Louisiane aux USA et ignore l’indignation des populations concernées.

Et pendant ce temps, au Canada, on tente avec une ordonnance provisoire d’empêcher les protestations contre l’extension d’autres projets de pipelines polluants (Trans Mountain Pipeline).

Certaines banques se détournent déjà de projets de sables bitumineux et du groupe Energy Transfer Partners. Malheureusement, Credit Suisse s’y refuse. Elle fait partie des douze banques qui restent impliqué financièrement dans de tels projets. Si la population mondiale appelle ces banques à cesser de financer ces pipelines, leur construction deviendrait définitivement impossible.

SIGNEZ LA PÉTITION POUR DEMANDER QUE LES BANQUES CONCERNEES, DONT LE CREDTI SUISSE, CESSENT LES INVESTISSEMENTS MASSIFS ET NOCIFS DANS LES OLEODUCS!

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Pétitions Fri, 13 Jul 2018 12:50:16 +0200
Désinvestissement des énergies fossiles: la CPEG prend la mesure du problème. Il faut agir, et vite ! https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4880-desinvestissement-des-energies-fossiles-la-cpeg-prend-la-mesure-du-probleme-il-faut-agir-et-vite.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4880-desinvestissement-des-energies-fossiles-la-cpeg-prend-la-mesure-du-probleme-il-faut-agir-et-vite.html Désinvestissement des énergies fossiles: la CPEG prend la mesure du problème. Il faut agir, et vite !

Dans sa lettre d’information du mois de juin, la Caisse de pension de l’Etat de Genève (CPEG) annonce la publication à venir d’une étude d’empreinte carbone de l’ensemble de ses portefeuilles actions et obligations d’entreprises. Cette démarche consiste à calculer les émissions de CO2 que génèrent l’ensemble des entreprises détenues dans un portefeuille d’actions. La caisse de pension pourra ainsi constater si ses investissements sont compatibles avec la lutte contre le réchauffement climatique. Elle annonce vouloir prendre des mesures en conséquence.

Il est réjouissant que la CPEG, gérant une fortune de près de 13 milliards de francs, se confronte au bilan carbone de ses portefeuilles. Les nombreux fonds investis dans le secteur des énergies fossiles par nos assurances et caisses de pensions accélèrent de manière extrêmement préoccupante le réchauffement climatique. Une étude récente révèle que le marché suisse des fonds en actions finance des émissions de 52,2 millions de tonnes d’équivalents CO2 à l’étranger, ce qui correspond aux émissions générées par la Suisse en 2013. Le réchauffement étant deux fois plus fort dans l’arc alpin qu’en moyenne mondiale, la Suisse est directement concernée. Outre les risques climatiques que font peser de tels investissements sur la collectivité, ils constituent par ailleurs un énorme risque financier. Lorsqu’un accord contraignant pour limiter le réchauffement climatique sera signé, ces investissements subiront le même sort que les entreprises auxquels ils sont liés : ils perdront toute valeur. Cette dénommée « bulle carbone » risque ainsi d’engloutir une partie de nos retraites.

Dans ce contexte, la CPEG doit agir, et vite. Une fois les résultats sur l’empreinte carbone de ses portefeuilles connue, il est indispensable qu’elle retire ses investissements du secteur fossile ou fortement dépendant de l’énergie fossile, dans les meilleurs délais. Depuis plusieurs années, la CPEG est interpelée dans ce sens par les organisations soussignées. En juin 2016, les délégués du syndicat des services publics (SSP) votaient à une large majorité une résolution demandant le calcul de l’empreinte carbone de la caisse et un désinvestissement aussi rapide que possible. Les Verts genevois déposaient en avril 2017 une motion au Grand Conseil visant le même dessein. Elle sera prochainement traitée en commission des finances. Via sa campagne « retraites sans risques », l’Alliance climatique suisse interpelle également les caisses de pension suisses dans ce sens.

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Communiqués Fri, 13 Jul 2018 11:19:32 +0200
Plans de mobilité scolaire - Une mobilité sûre, saine et durable aussi pour nos enfants! https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4863-plans-de-mobilite-scolaire-une-mobilite-sure-saine-et-durable-aussi-pour-nos-enfants.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4863-plans-de-mobilite-scolaire-une-mobilite-sure-saine-et-durable-aussi-pour-nos-enfants.html Plans de mobilité scolaire - Une mobilité sûre, saine et durable aussi pour nos enfants!

Plans de mobilité scolaire

Une mobilité sûre, saine et durable aussi pour nos enfants !

En 2017, en Suisse, 564 accidents ont eu lieu sur le chemin de l’école et 50% des accidents piétons touchant les enfants se font durant le déplacement vers ou depuis l’école. Derrière ces chiffres un constat : les déplacements de nos écolier-ère-s doivent être mieux sécurisés. Pour y parvenir, les Verts ont choisi d’agir par le biais de démarches participatives : les plans de mobilité scolaire. Dans 7 communes genevoises, les conseillers et conseillères municipaux-ales ont déposé une motion demandant aux autorités administratives de mettre en place ces plans afin de sécuriser le chemin des écoliers-ères.

Un plan de mobilité scolaire (PMS) est « une démarche participative, réunissant tous-tes les partenaires de l'école, afin de rendre les enfants autonomes et responsables » relève Jolanka Tchamkerten, conseillère municipale à Versoix. Cette démarche a pour but de connaître les habitudes de mobilité des écoliers-ères sur le chemin de l’école permettant ainsi d’avoir un regard, tant des parents que des enfants, sur les points noirs des différents déplacements. En effet, selon Pierre Eckert, conseiller municipal au Grand-Saconnex « pour des raisons de sécurité, il y a encore bien trop d'enfants qui sont amené-e-s à l'école en voiture. Ceci au préjudice de la planète et de la santé. ». Les conclusions d’un PMS servent donc à améliorer la sécurité sur certains parcours, qu’elle soit physique par le biais d’aménagements légers ou par des actions de prévention faites avec les enfants et les parents.

« La sécurité de nos enfants doit être une priorité. Vernier a déjà fait beaucoup, mais il reste des risques de sécurité, notamment sur les nombreux routes cantonales que nos écoliers parcours quotidiennement » selon Esther Schaufelberger, conseillère municipale. Mais au-delà de cet objectif de sécurité, « un plan de mobilité scolaire a des vertus incontestées; apprendre à changer de paradigme en termes de mobilité privilégiant les mobilités douces et actives est un enjeu non seulement pour une politique de mobilité vertueuse, mais également un enjeu de santé publique! Encourager une mobilité douce et active prévient les risques de santé liés à l'absence d'exercice physique chez les jeunes» relève Mario Rodriguez, conseiller municipal à Plan-les-Ouates. En plus, aller à l’école à pied, à bicyclette, en trottinette ou en rollers permet aussi d’économiser de l’énergie ainsi qu’améliorer la qualité de l’air.

L’accueil très positif de ces motions au sein des conseils municipaux de Plan-les-Ouates, du Grand-Saconnex, de Chêne-Bourg, de Chêne-Bourgeries, de Vernier, de Versoix et de Carouge démontre qu’« indépendamment de notre appartenance politique, ce sujet nous préoccupe tous et toutes » comme l’a remarqué Philippe Moser conseiller municipal à Chêne-Bourg. Cela incitera peut-être d’autres communes à franchir le pas afin qu’elles « rejoignent les communes qui ont démarré un processus devant assurer la sécurité de la mobilité scolaire, tout en promouvant la santé, améliorant la qualité de vie et protégeant l’environnement » espère Daniel Gubler, conseiller municipal à Carouge. A l’exemple d’ailleurs de la volonté affichée par le Grand Conseil qui avait accepté à l’unanimité en mai 2017 une motion verte demandant un accès à l’école pour les écoliers-ères. C’est en tout cas la voie que prendra, espérons-le, la Ville de Genève, à la rentrée, suite au dépôt d’une motion similaire par Alfonso Gomez.

Contacts 

Mario Rodriguez, Conseiller municipal à Plan-les-Ouates

Pierre Eckert, Conseiller municipal au Grand-Saconnex

Philippe Moser, Conseiller municipal à Chêne-Bourg

Helen Wyss, Conseillère municipale à Chêne-Bougeries

Esther Schaufelberger, Conseillère municipale à Vernier

Jolanka Tchamkerten, Conseillère municipale à Versoix

Daniel Gubler, Conseiller municipal à Carouge

Alfonso Gomez, Conseiller municipal en Ville de Genève

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Communiqués Fri, 06 Jul 2018 09:41:05 +0200
Non à la suppression du Matin et des emplois! Pour une presse diversifiée et de qualité ! https://www.verts-ge.ch/signer/petitions/item/4862-non-a-la-suppression-du-matin-et-des-emplois-pour-une-presse-diversifiee-et-de-qualite.html https://www.verts-ge.ch/signer/petitions/item/4862-non-a-la-suppression-du-matin-et-des-emplois-pour-une-presse-diversifiee-et-de-qualite.html Non à la suppression du Matin et des emplois! Pour une presse diversifiée et de qualité !

Pétition lancée par syndicom - syndicat des médias et de la communication, l'association professionelle impressum et les rédactions romandes de tamedia

Au nom de la diversité, nous demandons le maintien de la version print du Matin ainsi que la réintégration de toutes les personnes licenciées. Nous demandons également la pérennité pour tous les autres titres de l’éditeur. Tamedia doit assumer sa responsabilité sociale car il est le plus grand éditeur de presse abonnée, online et gratuite et et donc l’un des plus grands employeurs de Suisse dans ce domaine. Tamedia a les moyens financiers de faire vivre une presse de qualité et diversifiée, lui qui prétend publiquement être attaché à son cœur de métier, le journalisme.

A signer ICI

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Pétitions Thu, 05 Jul 2018 09:54:17 +0200
Octroi de l’aide d’urgence : la Coalition article 12 est soulagée de voir l’OCPM abandonner une procédure insensée et inhumaine https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4861-octroi-de-l-aide-d-urgence-la-coalition-article-12-est-soulagee-de-voir-l-ocpm-abandonner-une-procedure-insensee-et-inhumaine.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4861-octroi-de-l-aide-d-urgence-la-coalition-article-12-est-soulagee-de-voir-l-ocpm-abandonner-une-procedure-insensee-et-inhumaine.html Octroi de l’aide d’urgence : la Coalition article 12 est soulagée de voir l’OCPM abandonner une procédure insensée et inhumaine

Communiqué de la coalition article 12 dont font partie les Verts genevois

Depuis le 1er mars dernier, les réfugié-e-s débouté-e-s étaient astreint-e-s à un véritable labyrinthe administratif pour recevoir l’aide d’urgence. Suite à une mobilisation citoyenne et associative, l’OCPM a renoncé à cette nouvelle procédure, présentée comme un test après le début de sa mise en oeuvre. La Coalition article 12 se réjouit de ce résultat et se mobilisera à nouveau dans le futur pour l’accès au droit constitutionnel à l’aide d’urgence si celui-ci devait à nouveau être menacé.  

L’OCPM avait lancé le 1er mars dernier, sans consultation ni des associations ni de l’Hospice général, et avec le soutien du Conseiller d'Etat Pierre Maudet, une nouvelle procédure de délivrance de l’autorisation qui donne droit à l’aide d’urgence. Les requérant-e-s d’asile débout-é-s, en plus de se rendre à l’OCPM pour un tampon et à l’Hospice général pour recevoir l’aide en question, devaient auparavant quérir un autre tampon au SARA (Service asile et rapatriement de la police internationale), à l’aéroport.

Cette nouvelle procédure engendrait des déplacements kafkaïens, à réitérer dans nombre de cas chaque semaine. Sur le terrain, les associations et accompagnant-e-s observaient une recrudescence d’anxiété voire de la panique générées par l’obligation de se rendre auprès de l’unité de police qui effectue les renvois forcés à l’endroit même où ceux-ci s’exécutent. Chaque obstacle supplémentaire à l’octroi de l’aide d’urgence renforce par ailleurs le risque que certaines personnes passent dans la clandestinité, avec les nombreuses conséquences négatives qui en découlent.

Une mobilisation citoyenne s’est rapidement mise en place pour contester cette mesure. Il y a eu des lettres collectives envoyées au Conseil d’Etat, une conférence de presse, un rassemblement, des oppositions devant les tribunaux et, surtout, des accompagnements presque quotidiens au guichet du SARA réalisés par des personnes bénévoles. La Coalition article 12 se félicite de cette mobilisation et remercie très chaleureusement toutes les personnes qui ont garanti ce succès collectif. 

Notre Coalition demeure interpellée par le caractère éminemment discutable de cette « période test » qui aura duré quatre mois, en dehors du cadre légal en vigueur. Elle restera mobilisée pour empêcher toute procédure future faisant obstacle au droit constitutionnel à l’aide d’urgence garanti par l’article 12 de la Constitution fédérale.

La situation à laquelle les requérant-e-s d’asile débouté-e-s reviennent n’est pas satisfaisante pour autant. Auparavant bénéficiaires de l’aide sociale (à un barème réduit), ils et elles en ont progressivement été exclu-e-s. Sont alors apparus les régimes dits d’aide d’urgence. Les milieux de défense du droit d’asile genevois ont toujours contesté cette péjoration. Le tampon à quérir chaque semaine à l’OCPM demeure une forme de contrôle oppressant, l’aide d’urgence reste une politique de désintégration sociale qui déshumanise les personnes qui y sont soumises comme celles qui les y soumettent. Certain-e-s, y compris des enfants, y sont soumis depuis plusieurs années. La présente victoire redonne du courage et du sens à l’action collective pour œuvrer à ce que partout, tout le temps, progresse la dignité humaine.

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Communiqués Wed, 04 Jul 2018 09:48:53 +0200
Pour une liste davantage écologique: 3 OUI et une liste pour le Conseil national https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4853-pour-une-liste-davantage-ecologique-3-oui-et-une-liste-pour-le-conseil-national.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4853-pour-une-liste-davantage-ecologique-3-oui-et-une-liste-pour-le-conseil-national.html Pour une liste davantage écologique: 3 OUI et une liste pour le Conseil national

Au cours de leur Assemblée Générale qui s’est tenue vendredi 29 juin, les Jeunes Vert-e-s Genève (JVGe) ont pris position pour les votations du 23 septembre prochain. Les JVGe recommandent à l’unanimité de voter trois fois OUI. Les JVGe ont également validé le fait de proposer une liste JVGe au Conseil National dans le cadre des élections fédérales de l’automne 2019.

Concernant l’arrêté fédéral portant sur les voies cyclables et les chemins et sentiers pédestres, les JVGe considèrent que cette modification va dans la bonne direction. Inscrire le vélo dans la Constitution, c’est faire la promotion d’un moyen de transport qui a fait ses preuves en matière d’écologie, d’économies, de santé ou encore de tourisme. Le développement, au niveau national, des voies cyclables est un élément incontournable d’une politique de mobilité qu’il faut revendiquer et soutenir.

La politique agricole proposée par le Conseil fédéral est vivement contestée et ce, à juste raison. La population tient à une alimentation saine, à la préservation des ressources, à des multinationales responsables et à des denrées alimentaires exemptes de pesticides. De nombreuses initiatives populaires vont en ce sens. Pour les JVGe, il est désormais temps de faire un pas concret dans la bonne direction. Renforcer la qualité des produits suisses et des conditions de travail, tout en réduisant le gaspillage et l’empreinte carbone sont des éléments indispensables. Pour toutes ces raisons, les JVGe soutiennent à l’unanimité les initiatives populaires pour des aliments équitables ainsi que pour la souveraineté alimentaire.

Les JVGe ont également adopté à l’unanimité le principe de présenter une liste JVGe pour les élections au Conseil National de l’automne 2019. La présence verte à Berne doit être renforcée et les JVGe prendront leur responsabilité afin de confirmer les excellents résultats obtenus lors des dernières élections cantonales.

Pour plus d’informations:

Sophie Desbiolles, co-présidente des JVGe

Valentin Dujoux, co-président des JVGe

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Communiqués Tue, 03 Jul 2018 10:05:42 +0200
Votation du 23 septembre 2018 - Nos recommandations en un clin d'oeil https://www.verts-ge.ch/archive-des-votations/item/4852-votation-du-23-septembre-2018-nos-recommandations-en-un-clin-d-oeil.html https://www.verts-ge.ch/archive-des-votations/item/4852-votation-du-23-septembre-2018-nos-recommandations-en-un-clin-d-oeil.html Votation du 23 septembre 2018 - Nos recommandations en un clin d'oeil

Réuni-e-s en Assemblée générale le 28 juin, les Verts genevois ont unanimement décidé de soutenir activement les trois initiatives soumises à la population le 23 septembre 2018. Plus d'information dans le communiqué de presse ICI et dans l'ArgumenVert à télécharger ci-dessous.

Objets fédéraux

  • OUI au Contre-projet à l'initiative vélo
  • OUI à l'Initiative Pour des aliments équitables
  • OUI à l'Initiative Pour une souveraineté alimentaire

 

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Votations Fri, 29 Jun 2018 09:57:07 +0200
Mots d'ordre des Verts genevois - Votation du 23 septembre 2018 https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4851-mots-d-ordre-des-verts-genevois-votation-du-23-septembre-2018.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4851-mots-d-ordre-des-verts-genevois-votation-du-23-septembre-2018.html Mots d'ordre des Verts genevois - Votation du 23 septembre 2018

MOTS D’ORDRE DES VERTS GENEVOIS

VOTATION DU 23 SEPTEMBRE 2018

Réuni-e-s en Assemblée générale le 28 juin, les Verts genevois ont unanimement décidé de soutenir activement les trois initiatives soumises à la population le 23 septembre 2018.

Contre-projet à l’initiative vélo

Les Verts soutiennent cet arrêté fédéral qui vise, tout comme l’initiative initiale, à inscrire les pistes cyclables dans la Constitution fédérale, au même titre que les chemins et sentiers pédestres. Soutenir ce texte, c’est agir concrètement pour le développement de la mobilité douce en Suisse. Le trafic motorisé est la source la plus importante d’émissions de CO2 et rouler à vélo contribue de manière efficace et durable à diminuer la pollution de l’air et le bruit. Le vélo est aussi excellent pour la santé – baisse de la tension artérielle et réduction des risques d’infarctus. L’Office fédéral du développement territorial estime son utilité sanitaire à plus d’un milliard de francs par année. Se déplacer à vélo décharge les routes et les transports publics aux heures de pointe et aménage l’espace public pour un usage diversifié. Il est essentiel d’augmenter l’attractivité du vélo en densifiant et sécurisant le réseau cyclable tout en prévoyant suffisamment de places de stationnement.

Initiative « Pour des aliments équitables »

Lancée par les Verts en 2014, cette initiative encourage l’agriculture durable en Suisse, le commerce équitable et le respect des animaux. Elle vise à mettre un terme à la sous-enchère écologique et sociale, à lutter contre la malbouffe et les conditions scandaleuses de travail et à empêcher la concurrence déloyale qui frappe nos paysannes et paysans suisses. Pour ce faire, notre initiative demande de fixer des standards de qualité aux aliments importés (à l'instar des aliments produits en Suisse). Notre initiative assure aux consommatrices et consommateurs de trouver dans leurs assiettes des aliments respectant les normes sociales et environnementales. Et elle protège aussi les paysannes et paysans dont les aliments de qualité ne seront plus concurrencés par des produits qui ne respectent aucune norme sociale et environnementale. La Suisse importe près de la moitié des denrées alimentaires qu’elle consomme. Or, ces aliments importés ne sont pas soumis aux mêmes normes de production que les aliments suisses. Nous trouvons sur nos étals des aliments issus de la production industrielle de masse, basée sur la monoculture et l’élevage industriel, utilisant des produits chimiques et dont les conditions de travail et de vie des employé-e-s agricoles sont extrêmement précaires. Ces produits engendrent un dumping écologique et social et fait pression sur les normes de qualité des aliments. Les paysannes et les paysans en font les frais, comme les consommatrices et les consommateurs.

Initiative « Pour la souveraineté alimentaire »

Lancée par le syndicat paysan Uniterre et largement soutenue par les Verts, cette initiative veut inscrire une stratégie agro-alimentaire globale dans la Constitution : des conditions de production au marché en passant par les aspects sociaux et le commerce international. Ses axes principaux sont :

  • une agriculture paysanne diversifiée et sans OGM ;
  • des prix et des revenus agricoles équitables ;
  • davantage de transparence sur le marché ;
  • des structures régionales de production et de consommation des aliments renforcées ;
  • un commerce international équitable.

Cette initiative défend des revendications essentielles pour une agriculture durable et respectueuse des conditions de travail avec des prix justes à la production en Suisse.

Les deux initiatives « Pour des aliments équitables » et « Pour la souveraineté alimentaire » se complètent et les Verts mèneront une campagne forte sur les deux sujets !

Contacts 

Nicolas Walder, Président des Verts genevois

Frédérique Perler, Vice-présidente des verts genevois, Députée

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Communiqués Fri, 29 Jun 2018 09:53:34 +0200
Le Grand Conseil refuse les comptes et vote une résolution réprouvant les cadeaux somptuaires ! https://www.verts-ge.ch/nos-idees/echos-du-grand-conseil/item/4850-le-grand-conseil-refuse-les-comptes-et-vote-une-resolution-reprouvant-les-cadeaux-somptuaires.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/echos-du-grand-conseil/item/4850-le-grand-conseil-refuse-les-comptes-et-vote-une-resolution-reprouvant-les-cadeaux-somptuaires.html Le Grand Conseil refuse les comptes et vote une résolution réprouvant les cadeaux somptuaires !

Echos du Grand Conseil de la session des 21 et 22 juin par Jean Rossiaud, député

Pour la première fois à ma connaissance dans l’Histoire de la République et Canton de Genève, le Parlement genevois a adopté une résolution co-écrite par les Verts, et signée au nom des Verts par Alessandra Oriolo (Commission de Contrôle de Gestion), réprouvant les cadeaux somptuaires, qui n’auraient en aucun cas été offerts à Pierre Maudet, s’il n’avait pas été Conseiller d’Etat.

Le Grand Conseil a pris ses responsabilités dans un domaine central de son mandat : la haute surveillance du Gouvernement. Nous sommes à la fois fiers d’avoir été intransigeants dans cette affaire qui nous inquiète pour la moralité de la République, et satisfaits d’avoir pu réunir une majorité de députés, dans une séance extraordinaire courte mais cruciale, autour de cette exigence de probité. Pour le reste, nous défendons la présomption d’innocence et faisons confiance à Commission de Contrôle de Gestion et à la justice (une plainte contre X a été ouverte) pour faire toute la lumière sur ces pratiques. Comme l’a affirmé Alessandra dans son intervention, « il faut laisser la justice travailler, en toute indépendance ».

Nous espérons que Pierre Maudet, qui dirige le département de Justice et Police, et reste le ministre de tutelle de l’aéroport, qu’il comprenne de lui-même qu’il serait sain pour les institutions qu’il se récuse provisoirement dans les dossiers en cause dans cette affaire, dont de nouvelles ramifications apparaissent chaque jour dans la presse. Il ne semble pourtant pas en prendre le chemin.

En effet, il est inquiétant et problématique qu’aucun conseiller ou conseillère d’Etat n’était présent à cette session extraordinaire, à commencer par le principal intéressé, ce qui pourrait être interprété non seulement comme une forme de mépris eu égard des députés et des institutions, mais également et surtout comme une violation de la loi portant règlement du Grand Conseil (LRGC) qui, en son art. 63, dispose que « Les conseillers d’Etat assistent aux séances du Grand Conseil ».

***

A la suite de cette séance extraordinaire d’une demi-heure, les 21 et 22 juin derniers, les députés ont siégé une vingtaine d’heures d’affilée. C’est la traditionnelle séance des Comptes de l’Etat : nous épluchons non seulement les comptes (qui ne s’écartaient pas trop du budget voté, et que nous avons donc votés), mais c’est surtout la discussion sur le Rapport de gestion du Conseil d’Etat, qui est importante et qui mérite que nous y consacrions du temps, tous les mois de juin.

Il existe un point commun entre toutes ces politiques publiques : il s’agit du nerf de la guerre, l’argent que l’Etat collecte par l’impôt, par sa politique fiscale, pour le redistribuer à la population sous la forme de politiques en faveur de l’emploi, de la santé, de l’instruction publique, de l’urbanisme et de l’environnement, de la cohésion sociale et de la sécurité publique… pour n’en citer que quelques unes. Vous retrouverez en annexe les interventions des députés pour chacune de ces politiques publiques.

Et c’est un moment pour rappeler notre volonté verte de transition vers la sobriété heureuse, et ce que nous ferions si nous avions une majorité du parlement pour le mettre en œuvre rapidement !

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Echos du Grand Conseil Tue, 26 Jun 2018 14:15:02 +0200
Présentation des candidat-e-s à la Cour des comptes https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4848-presentation-des-candidat-e-s-a-la-cour-des-comptes.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/4848-presentation-des-candidat-e-s-a-la-cour-des-comptes.html Présentation des candidat-e-s à la Cour des comptes

Le PLR, le PDC, le PS et les Verts ont déposé une liste commune pour l’élection à la Cour des comptes afin de proposer aux électeurs-trices le meilleur ticket possible en termes de compétences et au-delà des clivages partisans. Les quatre partis gouvernementaux ont décidé de privilégier des candidatures indépendantes et d’expérience. Aucune autre liste n’ayant été déposée, l’élection du 23 septembre sera donc tacite. Les candidat-e-s  au poste de magistrat titulaire sont: Isabelle Terrier (PLR), François Paychère (PS) et Sophie Forster Carbonnier (Verts). Myriam Nicolazzi (PLR), Dominik Spiess (PDC) et Frédéric Varone (PS) sont candidat-e-s en tant que magistrat suppléant-e.

 

Isabelle Terrier est magistrate à la Cour des comptes, élue le 4 novembre 2012. Avocate  au barreau de Genève entre 1990-2012, diplômée d’études approfondies en droit européen. De 2007 à 2012, elle siège à la Commission externe d’évaluation des politiques publiques qu’elle préside entre 2009 et 2012. Active dans les associations sportives, elle préside également depuis 2010 l’Association des Amis Montagnards.

François Paychère est magistrat à la Cour des comptes, élu le 4 novembre 2012. Docteur en droit et avocat, il a occupé auparavant des fonctions judiciaires - substitut du Procureur général, juge au Tribunal administratif et à la Cour de justice. Il a été expert du Conseil de l’Europe dans le domaine de la qualité de la justice. François Paychère intervient régulièrement dans des formations initiales et continues ; ses publications récentes touchent les domaines de l’administration en général et de celle de la justice en particulier.

Sophie Forster Carbonnier, députée sortante, s’est concentrée dans son travail parlementaire sur le fonctionnement des entités de l’État, en particulier la bonne gouvernance et l'amélioration du contrôle interne et a travaillé à une collaboration plus étroite entre la Cour des comptes et le Grand Conseil. Économiste de formation, diplômée de l'IDHEAP, elle termine actuellement une formation en audit interne à la Haute École de Gestion de Genève. Au cours de sa carrière professionnelle, Sophie Forster Carbonnier a notamment travaillé au sein du Programme des Nations Unies pour l'environnement et pour l'Office fédéral de l'environnement.

Myriam Nicolazzi est magistrate suppléante à la Cour des Comptes, élue le 24 septembre 2006, et réélue le 4  novembre 2012. Licenciée en droit et en sciences économiques et sociales, détentrice du Brevet d’avocat, et du Diplôme fédéral d’expert fiscal, Myriam Nicolazzi a notamment présidé la section genevoise de l’Ordre Romand des Experts Fiscaux de 2000 à 2007 et siégé comme juge assesseur au Tribunal administratif de première instance jusqu’en 2011. Associée chez Gillioz Dorsaz & Associés entre 2000-2016, Myriam NIcolazzi  y exerce comme Counsel depuis 2017. Elle siège également au Conseil d'Ethique Clinique des Hôpitaux Universitaires de Genève depuis 2007.

Dominik Spiess est expert-comptable diplômé et reconnu. Riche d’une expérience de plus de 25 ans en qualité de conseiller, d’auditeur et de fiscaliste polyvalent. Il est actuellement Associé et Président du Conseil d’administration du cabinet Baker Tilly Spiess SA qu’il a fondé en 1993.

Frédéric Varone est professeur en administration et politiques publiques à l'Université de Genève. Il y dirige le Département de science politique et relations internationales, ainsi que le Master en management public. Économiste et politologue de formation, il a réalisé divers mandats d'évaluation pour des administrations, organes de contrôle et cabinets ministériels, en Suisse et à l'étranger. Il a aussi été membre de la Commission externe d'évaluation des politiques publiques de Genève (2006-2009) et du comité de la Société suisse d'évaluation (2011-14).

Pour plus d’informations :

Romain de Sainte Marie, vice-président du PS genevois

Adrien Genecand, vice-président du PLR genevois

Nicolas Walder, Président des Verts genevois

Bertrand Buchs, Président du PDC genevois

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Communiqués Tue, 26 Jun 2018 11:56:23 +0200