Actualités - Les Verts - Genève - Les Verts - Genève https://www.verts-ge.ch Mon, 22 Jul 2019 09:22:18 +0200 Joomla! - Open Source Content Management fr-fr Pas de citoyen.ne.s de deuxième catégorie! https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5387-pas-de-citoyen-ne-s-de-deuxieme-categorie.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5387-pas-de-citoyen-ne-s-de-deuxieme-categorie.html Pas de citoyen.ne.s de deuxième catégorie!

Par Didier Bonny, co-président des Verts Ville de Genève et candidat au Conseil National. Discours prononcé lors de l'arrivée de la Marche des fiertés aux Bastions le 6 juillet 2019 et disponible sur son blog.

Discours que j'ai prononcé en tant que co-président de la Fédération romande des associations LGBT à l'arrivée de la Marche des Fiertés au parc des Bastions le 6 juillet dans le cadre de la Geneva Pride 2019. Cette manifestation a connu un énorme succès avec, notamment, 35 000 personnes qui ont défilé, un record. Bravo à toutes celles et ceux qui ont œuvré pour que cet événement, qui n'était pas revenu à Genève depuis 2011, soit une réussite.

C’est un grand honneur, au nom de la Fédération romande des associations LGBT dont j’assure la co-présidence avec Maya Burkhalter, de prendre la parole pour clore les discours dans le cadre de cette Pride romande 2019.

L’année dernière, les associations romandes LGBT ont décidé de se fédérer afin que leur voix ait plus de poids, notamment, sur le plan politique. L’union fait la force, c’est bien connu. Je voudrais profiter de cette prise de parole pour remercier toutes les associations qui font, jour après jour, et souvent avec des moyens financiers fort limités, un formidable travail pour que les personnes LGBTIQ aient des lieux où elles peuvent, entre autres, se rencontrer, avoir des conseils, être soutenues, assister à des événements ou encore s’engager pour, qu’enfin, leurs droits soient les mêmes que pour tout le monde. Nous ne sommes pas des citoyens et des citoyennes de deuxième catégorie !

Permettez-moi de rendre tout particulièrement hommage aux associations membres de la Fédération romande en les citant par ordre alphabétique : Alpagai, Asile LGBT, Dialogai, EPICENE, Juragai, Les Klamydia’s, Le PAV, Lestime, Lilith, LWork, Sarigai, Togayther, Vogay, Think Out et 360. Je n’oublie pas toutes les autres, à commencer par les faitières nationales qui sont membres consultatifs de la Fédération.

Toutes et tous ensemble, avec le soutien indispensable de nos allié.e.s, nous allons devoir nous mobiliser prochainement pour que le 9 février 2020 soit un jour à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire des droits LGB : gagner le plus largement possible la votation sur la révision de la norme pénale antiraciste qui inclue dorénavant l’orientation sexuelle, mais, hélas, pas l’identité de genre. Elle a été attaquée par référendum par un petit parti réactionnaire qui a utilisé des méthodes malhonnêtes pour arriver à ses fins.

Montrons aux référendaires que la Suisse d’aujourd’hui est prête à faire, à une large majorité, un nouveau pas en direction de l’égalité des droits pour toutes et tous. Merci d’avance pour votre soutien engagé, que vous pouvez apporter financièrement dès aujourd’hui en mettant de l’argent dans des urnes qui se trouvent sur plusieurs stands, et un seul mot d’ordre : « Mêmes devoirs, mêmes droits ! ».

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Tribune libre Fri, 12 Jul 2019 09:46:17 +0200
Taxer les voitures selon leur poids, et si on en parlait ? https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5385-taxer-les-voitures-selon-leur-poids-et-si-on-en-parlait.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5385-taxer-les-voitures-selon-leur-poids-et-si-on-en-parlait.html Taxer les voitures selon leur poids, et si on en parlait ?

Par Valentin Dujoux,candidat au Conseil National. Texte paru dans son blog de la Tribune de Genève le 10 juillet 2019.

En Suisse, les SUV représentent près d’une voiture immatriculée sur deux. Entre moteurs hybrides et modèles surpuissants, ces nouveaux véhicules sont de plus en plus visibles en ville alors qu’ils représentent des dangers multiples. Taxer les voitures selon leur poids, parlons-en.

L'automobile, reflet de notre société

Il y a un siècle, les voitures commençaient à être produites en série, notamment à travers la conception de la Ford T. Dans les années 1950, la Coccinelle de Volkswagen, la Fiat 500 ou la Trabant faisaient leur apparition et ancraient durablement la voiture comme moyen de transport destiné aux loisirs et à la liberté.

Au début des années 2000, le low cost fait son entrée fracassante dans l’automobile avec la fameuse Dacia. La voiture est alors accessible à tou-te-s, même aux plus démuni-e-s qui se retrouvent ensuite enfermé-e-s dans un cercle vicieux, comprimé-e-s entre assurances, maintenance et essence.

Aujourd’hui, les voitures électriques font leur apparition et essayent de se faire une place entre conscience écologique et dépendance problématique au pétrole. Les évolutions du marché de l’automobile sont donc visibles, marquent les esprits et traduisent les évolutions de nos modes de vie.

À rebours du bon sens

Une voiture, c’est – paraît-il – le reflet d’un certain mode de vie ou d’un éventuel statut social. Certes. Mais là où la logique voudrait que l’électrique se développe et que la tendance soit aux petits modèles peu gourmands et facilement maniables, une autre fièvre gagne les automobilistes.

A l’opposé du bon sens émergent les SUV, les Sport Utility Vehicle.Présentés comme étant la nécessité pour répondre à tous les ‘‘besoins’’, ces véhicules urbains de plusieurs tonnes permettraient de partir facilement en week-end dans des contrées reculées, tout en associant sécurité et confort pour ses occupant-e-s.

Sur le marché suisse, les véhicules sont toujours plus gros, plus hauts et plus puissants semblent convaincre. Au point qu’en 2017, les SUV représentaient pratiquement une voiture sur deux immatriculée en Suisse. Avec une moyenne de 137,3 grammes de CO2par kilomètre, la Suisse est même la championne européenne des voitures les moins économes. C’est deux fois plus que la Norvège, pays qui a le parc automobile le plus économe d’Europe.

Le SUV, une triple aberration

Certes, certains SUV sont hybrides et d’autres fonctionnent aux ‘biocarburants’. Certes, les réglementations évoluent et les nouveaux véhicules polluent moins. Encore faut-il, au passage, éviter de truquer les tests. Mais là n’est même pas la question.

Car il demeure que ces véhicules immatriculés en Suisse circulent … et polluent. En 2017, selon l’Office fédéral de la statistique, les émissions de CO2imputables aux transports (sans le trafic aérien international) représentaient 39% des émissions suisses de dioxyde de carbone. Or, plus un véhicule est lourd, plus il émet de CO2. Et ce triste constat a été établi loin de la réalité de la conduite en centre-ville.

Parce que là encore, l’utilisation des SUV en ville pose une triple aberration. D’abord, il est question de sécurité. Quelle est la chance qu’un enfant ou un senior survive en cas de collision ? Ensuite, se pose la question des coûts. En effet, ces voitures de plus en plus grosses et hautes obligent les collectivités publiques à élargir les routes et agrandir les places de stationnement. Est-ce à la collectivité – et donc aux citoyen-ne-s – de payer pour que ces mastodontes motorisés aient la place de circuler ? Enfin, d’un point de vue purement rationnel, fait-il sens de faire circuler un individu de 80 kg dans un véhicule d’une tonne et demie ?

En attendant des mesures politiques

A l’heure de la crise climatique, au moment où l’on rappelle que la pollution tue et alors que l’on insiste sur le fait que les mesures individuelles comptent, renoncer au SUV serait un premier pas important et empli de bon sens.

Et si la responsabilité individuelle, si chère à certain-e-s, met trop de temps à prendre ce virage, il ne fait aucun doute que la politique s’emparera de cette thématique. Le temps des fausses promesses et des demi-mesures est révolu. Il y a dix ans, les Jeunes Vert-e-s récoltaient 147'000 signatures pour leur ‘initiative anti-4x4’. Retirée dans le cadre de la loi sur le CO2, il n’en demeure pas moins que cette problématique n’est aujourd’hui toujours pas réglée. Des cantons comme les Grisons ou Zoug prennent déjà en compte le poids total des véhicules. Et prochainement, c’est Fribourg qui proposera une loi visant à taxer les automobilistes en fonction de la puissance de leurs véhicules. Car si les taxes agacent, il en va tout autant en ce qui concerne l’entêtement de certain-e-s.

Taxer les voitures selon leur poids, oui parlons-en. Parce qu’il est insupportable que certain-e-s repensent leur mobilité tandis que d’autres appuient sur l’accélérateur. Il en va de notre sécurité, de notre environnement et de notre santé.

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Tribune libre Thu, 11 Jul 2019 09:37:11 +0200
Marche des fiertés: les Vert.e.s ont défilé sur un char arc-en-ciel pour l'égalité et le respect https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5384-marche-des-fiertes-les-vert-e-s-ont-defile-sur-un-char-arc-en-ciel-pour-l-egalite-et-respect.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5384-marche-des-fiertes-les-vert-e-s-ont-defile-sur-un-char-arc-en-ciel-pour-l-egalite-et-respect.html Marche des fiertés: les Vert.e.s ont défilé sur un char arc-en-ciel pour l'égalité et le respect

La diversité, le droit au respect et à l’égalité ont été célébrés et revendiqués par des milliers de participant.e.s aujourd’hui à Genève. Partie du palais Wilson, la Marche des Fiertés a rejoint le parc des Bastions en danse et musique. Les Vert.e.s genevois.e.s y étaient, sur l’un des 13 chars qui a rythmé le tempo de la Geneva Pride (photos en annexe).

Voir la vidéo du char des Vert.e.s en ligne ICI

En plein état d’urgence climatique, par souci de cohérence, les Vert.e.s ont renoncé à faire tirer leur char aux couleurs arc-en-ciel par un véhicule motorisé. C’est donc par la force des muscles d’une quarantaine de militant.e.s que le char des Vert.e.s genevois.e.s a défilé ! Décoré de branches vertes et de belles banderoles, il aura marqué les esprits. On pouvait notamment y lire, sur un ton décalé : « Avec les Verts, sauvons les bears » ou « Lesbi green ! Bi yourself ! ». Une banderole revendiquant le mariage civil pour tou.te.s ornait également le char, animé par une drag queen parée d’étoffes dignes de Cléopâtre. Les militant.e.s Vert.e.s et leurs sympathisant.e.s animant et poussant le char portaient des couronnes de fleurs et un ensemble blanc. Certain.e.s avaient le corps peint de feuilles et fleurs (voir photos en annexe)

Marcher pour l’égalité reste malheureusement nécessaire en 2019. Cinquante ans après les émeutes de Stonewall, l’égalité n’est de loin pas acquise en Suisse, où les personnes LGBTIQ+ subissent encore et toujours violences et discriminations. Des jeunes sont jetés à la rue après avoir fait leur coming-out, les insultes homophobes et coups tombent encore, de nombreuses personnes sont contraintes de cacher leur orientation sexuelle ou identité de genre au travail, de peur de perdre leur emploi. Le mariage civil pour tous.te.s en est toujours à l’état embryonnaire et même l’extension de la norme pénale antiraciste à l’orientation sexuelle et l’identité de genre est contestée par référendum. Le manifeste de la Geneva Pride démontre combien la route vers l’égalité et le respect est encore longue et sinueuse.

La participation des Vert.e.s genevois.e.s à la Marche des Fiertés tenait de l’évidence, le parti étant engagé depuis sa création dans la défense des droits LGBTIQ+. Outre dans la rue, les Vert.e.s s’activent dans les parlements pour faire avancer cette cause. Au niveau suisse, le groupe écologiste défendait le mariage pour tou.te.s en 1998 déjà. Il soutient le projet actuel de mariage civil égalitaire et exige que l’adoption commune et l’accès à la procréation médicalement assistée pour les couples féminins soient inclus. Au niveau genevois, les Vert.e.s ont obtenu une majorité pour demander au Conseil d’Etat, par voie de motion, de mettre en place un plan d’action cantonal de prévention de l’homophobie et de la transphobie dans les écoles et d’encourager toute initiative visant à prévenir le suicide des jeunes qui en sont victimes. Une motion a également été renvoyée au Conseil d’Etat pour qu’il aménage un climat professionnel égalitaire pour les personnes LGBTIQ au sein de l’administration. Un autre texte porté par les Verts genevois a récemment chargé le Conseil d’Etat de soutenir la Geneva Pride, en garantissant notamment la pleine collaboration de l’ensemble des services cantonaux à la tenue de l’événement.

Cette Geneva Pride est également l’occasion de féliciter et remercier la communauté LGBTIQ+. Son courage et son engagement contribuent clairement au développement d’une société plus juste, ouverte et tolérante, dans l’intérêt de l’ensemble de la population.

Un grand merci à Cédric Ribeiro et Massimo de Gaudio pour la conception et création du char.

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Communiqués Sat, 06 Jul 2019 19:00:09 +0200
Pétition: NON à la mise en bouteille de l'eau à Divonne https://www.verts-ge.ch/signer/petitions/item/5383-petition-non-a-la-mise-en-bouteille-de-l-eau-a-divonne.html https://www.verts-ge.ch/signer/petitions/item/5383-petition-non-a-la-mise-en-bouteille-de-l-eau-a-divonne.html Pétition: NON à la mise en bouteille de l'eau à Divonne

SIGNEZ ET FAITES SIGNER LA PETITION ICI

Un projet d’embouteillage d’eau minérale à Divonne est inclus dans le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable). Ce projet n’est pas durable.
Mise à jour : l'embouteillage a été sorti du PADD, mais rien n'est gagné.

Une usine de fabrication de bouteilles en plastique à Divonne.

Des camions pour approvisionner l’usine en plastique

80 camions par jour pour transporter les bouteilles d’eau.

Une atteinte à la santé des Gessiens par encore plus de bruit et plus de pollution de l'air.

Il y a déjà bien trop de plastique sur cette Terre.

Pourquoi expédier cette eau aux 4 coins de la Terre alors qu’elle pourrait abreuver les gessiens ?

Quels problèmes sur les nappes phréatiques déjà au plus bas ?

Et qui paiera pour l’enrichissement de quelques uns ?

L’eau est un bien commun, défendons‐là !

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Pétitions Wed, 03 Jul 2019 17:10:54 +0200
Initiatives "Pour un pouvoir judiciaire exemplaire" et "Le peuple demande le départ de Pierre Maudet" https://www.verts-ge.ch/signer/initiatives/item/5382-initiatives-pour-un-pouvoir-judiciaire-exemplaire-et-le-peuple-demande-le-depart-de-pierre-maudet.html https://www.verts-ge.ch/signer/initiatives/item/5382-initiatives-pour-un-pouvoir-judiciaire-exemplaire-et-le-peuple-demande-le-depart-de-pierre-maudet.html Initiatives

Les Verts genevois soutiennent ces deux initiatives et vous recommandent de les signer et faire signer.

  • NON à la corruption et au mensonge, OUI à un pouvoir politique et judiciaire exemplaire (initiative constitutionnelle) 
  • Le peuple demande le départ de Pierre Maudet (initiative législative)
]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Initiatives Wed, 03 Jul 2019 16:48:21 +0200
Pics de chaleur et de pollution: les Verts réclament des mesures fortes et courageuses https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5377-pics-de-chaleur-et-de-pollution-les-verts-reclament-des-mesures-fortes-et-courageuses.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5377-pics-de-chaleur-et-de-pollution-les-verts-reclament-des-mesures-fortes-et-courageuses.html Pics de chaleur et de pollution: les Verts réclament des mesures fortes et courageuses

La canicule était annoncée depuis plusieurs semaines. Et elle s’est confirmée, les températures dépassant largement les normes pour un mois de juin. Ces fortes chaleurs sont généralement accompagnées de valeurs élevées d’ozone. Cette fois encore, nous n’y échappons pas comme nous le montre le tableau de pollution à l’ozone de ces quelques derniers jours en lien ICI: depuis mardi les seuils de tolérance sont dépassés systématiquement, débordant d’un bon tiers la valeur limite :

A cette situation d’urgence, le Conseil d’Etat répond par des mesures à la fois insuffisantes et trop tardives : la limitation de la vitesse sur l’autoroute, des tarifs TPG bon marchés, une activité physique réduite, une bonne hydratation ou un rafraîchissement régulier ne sont pas à la hauteur des enjeux pour les Verts. D’autant plus que ces mesures auraient dû être prises bien plus tôt, soit de façon préventive dès l’annonce de la vague de chaleur afin de contenir au maximum la progression des pollutions.

Aujourd’hui, pour protéger notre population contre les conséquences dramatiques des excès de pollutions, les Verts demandent au Conseil d’Etat d’aller au-delà des éléments annoncés et de prendre des mesures fortes et courageuses de façon à enrayer de manière significative et rapide la progression des émissions. Les mesures suivantes doivent être appliquées avec effet immédiat : circulation alternée, fermeture de certains axes au trafic individuel motorisé, limitation massive de la climatisation, en particulier dans les véhicules motorisés...

Au-delà de la gestion des pics de chaleur et de pollution, les Verts réitèrent leur appel au Conseil d’Etat pour que la santé de la population et son droit à un environnement sain, deviennent enfin une priorité pour l’Etat, notamment lorsqu’il s’agit de faire des choix en matière de mobilité, d’aménagement du territoire ou de politique économique et fiscale.

Chaque année en Suisse, 4'000 personnes décèdent prématurément des causes de la pollution de l’air et en parallèle, les coûts de la santé explosent et notre environnement se dégrade fortement. Elle a des impacts sur le quotidien des personnes travaillant à l’extérieur et sur les personnes dont la santé est fragile. Personnes âgées, enfants de moins de cinq ans et personnes ayant des difficultés respiratoires sont donc les premières à souffrir de ces conditions.

Pour rappel, l’initiative « De l’air, moins de bruit » lancée par les Verts, a été acceptée au Grand Conseil il y a déjà plusieurs mois. Cette initiative exige de l’Etat des actions concrètes de lutte contre la pollution de l’air et le bruit afin de favoriser la santé publique et améliorer la qualité de l’environnement. Elle demande à l’Etat  de réduire durablement la pollution à travers des actions efficaces, afin d’assurer en tous points du canton le respect du seuil des tolérances fédérales d’ici au plus tard 2030. Les mesures comprennent la limitation de la circulation motorisée, l’installation de systèmes de chauffage plus efficients et la réduction des émissions de l'aéroport. Le Canton devra par ailleurs réagir rapidement aux pics de pollution pour protéger sans attendre la santé de la population. Des mesures urgentes sont exigées, telles que la gratuité des transports publics et la limitation de la circulation motorisée. Nous demandons au Conseil d’Etat d’appliquer sans attendre ce texte !

 
]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Communiqués Thu, 27 Jun 2019 16:46:04 +0200
Les Vert.e.s présentent un nombre record de 27 candidat.e.s au Conseil national https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5371-les-vert-e-s-presentent-un-nombre-record-de-27-candidat-e-s-au-conseil-national.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5371-les-vert-e-s-presentent-un-nombre-record-de-27-candidat-e-s-au-conseil-national.html Les Vert.e.s présentent un nombre record de 27 candidat.e.s au Conseil national

Pour les élections fédérales 2019, les Vert.e.s genevois.es présentent un nombre record de 27 candidat.e.s au Conseil national via trois listes différentes : la liste principale Les Vert.e.s et deux listes sous-apparentées, les Jeunes Vert.e.s et les Vert.e.s transfrontaliers.ères. Complémentaires, ces trois listes de candidat.e.s ont pour ambition de mettre l’écologie au cœur de la politique fédérale. 

2019 est sans conteste l’année du climat et de l’égalité. Toutefois, la majorité PLR-UDC à Berne demeure sourde aux attentes de la population. Il est temps d’en finir avec cette politique passéiste et le parti lance un nombre record de 27 candidat.e.s au Conseil national via trois listes apparentées : la liste principale Les Vert.e.s (liste 3), et deux listes sous-apparentées Les Jeunes Vert.e.s (liste 8) et Les Vert.e.s transfrontaliers.ères (liste 12). Alors que les femmes occupent seulement 32% des sièges au Conseil national, le parti présente trois listes paritaires avec même une petite majorité de candidates (14 femmes et 13 hommes).   

Climat, égalité et ouverture au monde, tels sont les trois thèmes de campagne que défendront les Vert.e.s tant au niveau national que cantonal. Au cœur de l’écologie politique, ces trois sujets seront portés par la liste principale, Les Vert.e.s. Cette liste, pleinement paritaire avec 12 candidat.e.s expérimenté.e.s et engagé.e.s au sein de la société civile, sera emmenée par Lisa Mazzone, conseillère nationale sortante et Nicolas Walder, président des Verts genevois et conseiller administratif de Carouge. Nous vous invitons à (re)découvrir la liste des candidat.e.s ci-dessous, leurs informations individuelles au lien ICI ainsi que leurs affiches personnelles ICI.

  • Lisa Mazzone, conseillère nationale sortante
  • Nicolas Walder, président des Verts genevois et Conseiller administratif de Carouge
  • Uzma Khamis Vannini, conseillère municipale en Ville de Genève
  • Didier Bonny, co-président des Verts Ville de Genève
  • Delphine Klopfenstein Broggini, députée
  • Philippe de Rougemont, président de Sortir du Nucléaire
  • Isabelle Pasquier-Eichenberger, députée
  • Valentin Dujoux, co-président des Jeunes Vert.e.s Genève
  • Ruth Bänziger, Maire d’Onex
  • Pierre Eckert, député
  • Francesca Marchesini, présidente de la Société Pédagogique genevoise (SPG)
  • Yves Herren, trésorier des Verts Ville de Genève

Les Jeunes Vert.e.s Genève lancent un nombre record de 10 candidat.e.s au Conseil national. Strictement paritaire, représentant six communes et résolument jeune avec une moyenne d’âge de 23,6 ans, la liste désignée reflète la variété du groupe. Les candidat.e.s Jeunes Vert.e.s battront le pavé durant la campagne pour une politique climatique et environnementale à la hauteur des défis écologiques et pour une justice sociale forte. Nous vous invitons à (re)découvrir la liste des candidat.e.s ci-dessous.  

  • Sophie Desbiolles, étudiante en durabilité et co-présidente des JVGe
  • Léo Peterschmitt, étudiant en médecine
  • Louise Trottet, médecin
  • François Haas, aide-crèche
  • Wendy Van Woerden, coursière à vélo
  • Nicolas de Félice, étudiant en lettres
  • Laetitia Maradan, étudiante en sciences de l’environnement
  • Quentin Knight, étudiant en relations internationales
  • Hanane Aoued, étudiante en communication
  • Ivan Ardizzone, doctorant en physique quantique

Pour les Vert.e.s, il est crucial de construire un Grand Genève écologique et solidaire ! Le développement de l’agglomération doit être maitrisé et rééquilibré, via notamment la mise en place d’un réseau de transport public efficace et accessible, pour garantir une véritable qualité de vie des deux côtés de la frontière. C’est dans cet esprit que le parti lance la liste des Vert.e.s transfrontaliers.ères avec 5 candidat.e.s, qui habitent au-delà des frontières suisses. Nous vous invitons à découvrir la liste des candidat.e.s ci-dessous :   

  • Catherine Walthert Selosse, enseignante
  • Elias Geoffroy, responsable plaidoyer dans une ONG
  • Savoya Barbier, étudiante en relations internationales
  • Peter Loosli, conseiller municipal suppléant de Ferney
  • Sara de Maio, géographe-urbaniste

Enfin, les Vert.e.s et le Parti Socialiste misent sur Lisa Mazzone et Carlo Sommaruga, personnalités compétentes et complémentaires, pour maintenir le tandem rose-vert au parlement fédéral. Notre canton a besoin de deux voix fortes à Berne pour faire entendre la voix des Genevoises et des Genevois et relever les défis qui nous attendent : climat, justice sociale, égalité et ouverture au monde. Nous vous invitons à découvrir leur programme engagé ainsi que les nombreuses personnalités issues de tous les milieux qui soutiennent leur campagne sur le site internet : https://pour-geneve.ch/www.pour-geneve.ch

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Communiqués Mon, 24 Jun 2019 11:31:15 +0200
Après la grève, pas de trève! Les Vert.e.s genevois.e.s déposent un projet de loi pour en finir avec les pubs sexistes https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5354-apres-la-greve-pas-de-treve-les-vert-e-s-genevois-e-s-deposent-un-projet-de-loi-pour-en-finir-avec-les-pubs-sexistes.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5354-apres-la-greve-pas-de-treve-les-vert-e-s-genevois-e-s-deposent-un-projet-de-loi-pour-en-finir-avec-les-pubs-sexistes.html Après la grève, pas de trève! Les Vert.e.s genevois.e.s déposent un projet de loi pour en finir avec les pubs sexistes

Alors que le Grand Conseil vaudois s’apprête à voter une modification de loi pour interdire les publicités sexistes, les Verts genevois proposent que le canton du bout du lac fasse de même. Un projet de loi sera donc déposé dans les prochains jours, visant à modifier la loi sur les procédés de réclame, de sorte que les publicités sexistes disparaissent du paysage genevois.

Aujourd’hui, le Grand Conseil vaudois devrait voter une modification de la loi sur les procédés de réclame, en vue de proscrire les publicités sexistes dans le canton. La modification légale proposée par le Conseil d’Etat fait suite à une motion déposée en 2011 par la Verte vaudoise Sandrine Bavaud.

La grève féministe du 14 juin a vu des centaines de milliers de femmes manifester pour obtenir l’égalité dans les faits. 38 ans après l’inscription de l’égalité entre femmes et hommes dans la Constitution et 23 ans après l’entrée en vigueur de la Loi fédérale sur l’égalité entre femmes et hommes (LEg), les femmes gagnent toujours moins que les hommes, à compétences égales. Elles touchent des rentes plus basses que leurs collègues masculins au moment du passage à la retraite. Elles sont encore harcelées dans la rue, sur le lieu de travail, elles subissent féminicides, viols, agressions sexuelles et violences domestiques. Elles sont sous-représentées dans les instances politiques et décisionnelles et sont encore et toujours assignées aux tâches domestiques.

Les discriminations subies par les femmes étant multiples et profondément ancrées, il convient donc d’intervenir à tous les étages pour que l’égalité entre les sexes devienne réalité. Après avoir annoncé récemment le dépôt d’une motion visant l’introduction d’un revenu de base inconditionnel (projet pilote) dans le canton de Genève pour plus d’égalité, les Verts genevois s’attaquent désormais à la question de la dégradation de l’image des femmes dans les publicités. Katia Leonelli déposera donc un projet de loi dans les prochains jours, modifiant la loi genevoise sur les procédés de réclame (LPR). L’amendement proposé visera à proscrire l’affichage, sous quelque forme que ce soit, de publicités sexistes sur le domaine public et sur le domaine privé, visible du domaine public.

Après la grève, pas de trêve ! En déposant ce projet de loi, les Vert.e.s genevois.e.s réaffirment leur engagement, solide et sur la durée, pour l’égalité entre les sexes. Outre les projets politiques portés ou soutenus par le parti, les Vert.e.s genevois.e.s se veulent exemplaires en termes d’égalité dans le fonctionnement même du parti. La parité entre femmes et hommes est obligatoire sur les listes électorales, ainsi que dans les organes du parti (comité, etc.). Lors de séances, le parti prend en charge les frais de garde des enfants des membres des Vert.e.s.

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Communiqués Tue, 18 Jun 2019 14:50:22 +0200
Espérons que cela n’ait été qu’un début ! https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5352-esperons-que-cela-n-ait-ete-qu-un-debut.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5352-esperons-que-cela-n-ait-ete-qu-un-debut.html Espérons que cela n’ait été qu’un début !

Par Pierre Gautier, responsable de campagne des élections fédérales 2019

Les Vert.e.s ont le vent en poupe. Les marches pour le climat et la grève des femmes de vendredi dernier montrent à quel point des thèmes défendus par les Verts depuis des décennies trouvent un large écho dans la population.

Est-ce une raison pour voir venir les élections fédérales du 20 octobre prochain sereinement, pour ne pas dire paresseusement, certain.e.s que nous y ferons un excellent résultat ?

La réponse est non ! En effet, les enjeux climatiques et d’égalité mais aussi la nécessité de mettre fin à la majorité PLR / UDC au Conseil national et de conserver nos deux sièges au Conseil des États, imposent l’engagement de toutes et tous dans la campagne. Sur les stands, mais aussi dans les débats, cafés-citoyens, conférences et surtout dans nos réseaux (associatifs, syndicaux, sportifs, amicaux, familiaux, etc.) Ce n’est que comme cela que nous pourrons imposer nos thèmes : climat, égalité et rempart au populisme, en faire la déclinaison concrète de la vague verte et violette actuelle et ne pas décevoir celles et ceux qui placent en nous l’espoir de sortir des crises actuelles.

Nous aurons l’occasion de nous retrouver lors de la grande fête de campagne le 22 août sur le Bateau Genève ; que l’été, d’ici là, nous et vous soit favorable !

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Tribune libre Mon, 17 Jun 2019 16:37:09 +0200
Multiplication urgente de petits ruisseaux https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5351-multiplication-urgente-de-petits-ruisseaux.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5351-multiplication-urgente-de-petits-ruisseaux.html Multiplication urgente de petits ruisseaux

Par Didier Bonny, co-président des Verts Ville de Genève et candidat au Conseil national. Texte paru dans son blog de la TdG le 16 juin 2019. 

Les émissions de CO2 ont augmenté de 2% dans le monde en 2018, la hausse la plus forte observée depuis 2011. Cette mauvaise nouvelle est passée totalement inaperçue en Suisse la semaine dernière. Elle a été mise en avant dans un rapport sur l’énergie du…géant pétrolier BP. Ses conclusions vont dans le même sens que celles qui ont été faites en 2018 par l’agence internationale de l’énergie qui révélait que les émissions mondiales de CO2 liées à la production et à la combustion de toutes les énergies avaient progressé de 1,7%.

Cette augmentation record est due à une demande énergétique en progression de 2,9% en une année. Si 14,5% de cette augmentation a été couverte par des énergies renouvelables, ce qui est une bonne performance par rapport aux autres années, il n’en demeure pas moins que l’équilibre entre les différentes sources d’énergie reste inchangé dans le monde. Les Etats-Unis, la Chine et l’Inde représentent à eux trois plus des deux tiers de la croissance mondiale de la demande en énergie.

Pourquoi une telle augmentation des émissions de CO2 en 2018 alors qu’elle avait progressé lentement, voire stagné, depuis sept ans ? Elle serait due, selon le rapport BP, au dérèglement climatique, lui-même dû au taux de CO2 dans l’air, qui a comme conséquence une augmentation du nombre de jours très froids et très chauds entraînant une demande accrue de climatisation et de chauffage. Un cercle vicieux infernal qui mène droit à la catastrophe.

Il est donc une fois de plus urgent d’agir au niveau mondial pour limiter les émissions de CO2 et sauver notre planète. Le Conseil des Etats aura l’occasion en septembre de montrer l’exemple en repêchant la loi sur le CO2 qui avait été rejetée par le Conseil national et qui contenait, notamment, une proposition de taxe environnementale sur les billets d’avion. Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières, mais dans le cas d’espèce il est urgentissime qu’ils se multiplient avant qu’il ne soit trop tard !

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Tribune libre Mon, 17 Jun 2019 09:47:03 +0200