Actualités - Les Verts - Genève - Les Verts - Genève https://www.verts-ge.ch Wed, 22 May 2019 01:52:43 +0200 Joomla! - Open Source Content Management fr-fr La 2ème année de législature démarre avec une session patchwork : égalité, plastiques, asile, sans-abri, stationnement https://www.verts-ge.ch/nos-idees/echos-du-grand-conseil/item/5300-la-2eme-annee-de-legislature-demarre-avec-une-session-patchwork-egalite-plastiques-asile-sans-abri-stationnement.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/echos-du-grand-conseil/item/5300-la-2eme-annee-de-legislature-demarre-avec-une-session-patchwork-egalite-plastiques-asile-sans-abri-stationnement.html La 2ème année de législature démarre avec une session patchwork : égalité, plastiques, asile, sans-abri, stationnement

 

Echo du Grand Conseil de la session des 14 et 15 mai 2019 par David Martin, député

Renouvellement du bureau

Cette session démarre par une étape protocolaire consacrée à l’élection du bureau du Grand Conseil. Jean Romain (PLR) cède sa place à Jean-Marie Voumard qui est « le premier MCG au perchoir » pour reprendre les mots de la Tribune. Jean Romain cite Montesquieu à diverses reprises, et notamment ainsi : « L’amour de la démocratie est celui de l'égalité. L'amour de la démocratie est encore l'amour de la frugalité. » Cette citation inspirera-t-elle les Verts décroissants et les PLR anti-dépenses pour trouver un jour un terrain d’entente pour mieux vivre avec notre chère et unique planète, sachant que nous en « consommons » 3 actuellement ?

Relevons également l’élection de François Lefort en tant que premier vice-président du bureau et celle de Eric Rossiaud au Conseil de la nouvelle Fondation PAV.

L’interdiction des plastiques à l’Etat attendra encore…

Nous avons présenté en urgence la motion d’Alessandra Oriolo (M 2552) qui demande au Conseil d’État d’interdire au sein de l’administration l’achat d’objets en plastique à usage unique. Cette motion s’inspire de la directive approuvée en décembre passé par le parlement européen prévoyant de supprimer 10 produits à usage unique qui représente 70 % de l’ensemble des déchets présents sur les plages et dans les mers européennes : les cotons-tiges, les assiettes, les couverts, les pailles, les agitateurs de boissons (touillettes), les bâtonnets pour ballons et leur dispositif de fixation, les produits contenant des plastiques oxodégradables (notamment les sacs et les emballages), les emballages en polystyrène expansé́ (gobelets et emballages de fast-foods). En Suisse c’est plus de 50 tonnes de déchets plastiques se retrouvent chaque année dans le lac Léman, et qui en altèrent la biodiversité́. Malgré un message d’accueil très favorable du Conseiller d’État Dal Busco en plénière, une courte majorité a préféré l’envoyer trainer dans les méandres des travaux de commission plutôt que de la voter sur le siège...

« Aujourd’hui, Mesdames les députées, Messieurs les députés, agir au niveau individuel c’est bien, mais ce n’est plus suffisant et nous avons d’une politique déterminée en matière de durabilité. Nous avons une responsabilité collective à assumer envers les générations futures. Chaque collectivité publique doit faire sa part (du colibri) et démontrer qu’elle peut être à la hauteur des enjeux. » Alessandra Oriolo

Signal positif à exactement 1 mois de la grève des femmes du 14 juin

Signal positif à exactement 1 mois de la grève du 14 juin, le Grand Conseil a accepté la pétition « Que la honte change de camp » (P2050-A). Cette pétition qui a recueilli près de 2000 signatures demande à l’État de s’engager activement pour prévenir et enrayer les violences sexuelles, liées au sexe, à l’identité de genre et à l’orientation sexuelles dans le monde professionnel (public et privé) mais aussi dans les écoles. Dans la même ligne, un projet de loi visant à inclure la prévention en matière d’égalité et de lutte contre les discriminations dans la mission du DIP a aussi été accepté le même soir (PL 12378, rapport de Marjorie de Chastonay).

"Cette pétition montre l'ampleur du champ de l'égalité et notre marge de progression pour réussir à l'atteindre dans tous les domaines du quotidien. Il s'agira, entre autres, à l'heure des budgets, d'apporter aux associations féminines genevoises le soutien qu'elles méritent." Delphine Klopfenstein Broggini

Le parlement a pris acte de la réponse du Conseil d’État à la motion à la motion Verte « pour une application digne et humaine de la politique d’asile » - signée par plusieurs partis et votée par une majorité du Grand Conseil en octobre 2018 - qui annonce « qu’il annonce avoir recréé une délégation à la migration et qu’il appliquera avec pragmatisme et compassion le nouveau droit fédéral dans le domaine de l’asile, entré en vigueur le 1er mars 2019 ». A l’heure où l’État lance la procédure d’approbation des plans du centre fédéral d’attente et de départ pour requérants d’asile (CFA) au Grand Saconnex, en s’asseyant littéralement sur une autre motion verte votée il y a 2 mois par une majorité du Grand Conseil, il y a de quoi se faire du souci ! (voir aussi le CP des Verts à ce sujet)

« Nous espérons que cette réponse sera suivie d’effets - à l’instar du canton de Bâle qui a eu le courage politique de s’opposer à certaines décisions d’applications absurdes d’un règlement totalement inhumain – et non d’une déclaration d’intention. » Frédérique Perler

Le dogmatisme politique fait du tort à un nouveau quartier de Genève

Une majorité du Grand Conseil (57 contre, 35 pour) a refusé un projet de loi (PL 12319) qui devait permettre à la Fondation pour la promotion du logement bon marché et de l'habitat coopératif (FPLC) de vendre de façon exceptionnelle 50 PPE pour améliorer l’équilibre de mixité sociale et financier du quartier des Adrets. Ce nouveau quartier offrira 640 logements à côté de la gare de Lancy-Pont-Rouge, dont environ 80% sont des logements d’utilité publique (LUP) construits par des coopératives et des fondations publiques. Ce choix dogmatique du parlement péjorera l’équilibre du quartier et révèle le climat de défiance qui règne aujourd’hui dans notre parlement.

« Or on se retrouve aujourd’hui avec une alliance contre nature entre la gauche et le PLR, opposées sur le fond mais d’accord par dogmatisme ! Si notre parlement refuse ce PL, c’est une punition pour 50 familles qui ont déjà signé des promesses de ventes et qui ont certainement déjà choisi la couleur des catelles de leur salle de bain ! » David Martin

Des centaines de personnes sans-abri souffrent du manque d’hébergements d’urgence

Nous avons également traité une motion rose-verte intitulée « Un toit pour toutes et tous » (M 2214) qui demande au CE de soutenir et de compléter l’offre d’hébergement d’urgence pour les personnes sans abri (400 à 1000 personnes à Genève). Le Conseil d’État a répondu favorablement et annoncé la création d’une nouvelle base légale pour clarifier la répartition des tâches État-communes en la matière, ainsi que la parution d’un nouveau rapport sur la pauvreté à Genève. Après un parcours difficile bien symptomatique de notre Grand Conseil - dépôt en juin 2014, gel en 2016 en attendant les travaux sur le désenchevêtrèrent, refus en commission des affaires sociales (avec un rapport de majorité UDC accablant !) – elle est finalement votée « par les poils » en plénière grâce à un retournement du PDC.

« Les sans-abri n’ont toujours pas de perspective durable pour se sentir en sécurité durant la nuit. Chaque jour passé dans la rue éloigne d’autant la réinsertion. Cette motion donnera un signal politique très clair au CE lequel pourra agir avec efficacité. La refuser c’est se voiler la face, c’est accepter que des gens dorment dehors, quitte à en mourir. » Frédérique Perler

Bientôt la fin des pro-voiture au parlement genevois ?

A 22h20, à la 8ème heure de session consacrée à l’élection du bureau, aux urgences et aux extraits, nous traitons UN point de notre ordre du jour ordinaire, en empoignant une thématique critique pour les Verts : celle du stationnement. Bonne nouvelle, notre parlement balaie un projet « pro voiture » émanant de l’UDC et du MCG qui visait à étendre à l’ensemble du canton le principe de compensation des places de parking supprimées sur la voie publique. Les Verts ont récemment déposé deux textes qui vont dans la direction opposée : un projet de loi qui vise justement à assouplir en faveur de la mobilité douce ce principe de compensation et une motion qui vise à favoriser l’habitat sans voiture dans les nouveaux quartiers. Le Conseil d’État salue la prise de conscience du parlement sur les nouvelles tendances des comportements de mobilité (lire à ce sujet TdG 16.5.19) : espérons que cela dure !

« Même les milieux immobiliers se plaignent d’avoir des taux de vacances importants dans leurs parkings ! Le vrai problème à Genève, c’est que le prix du macaron est trop bas, un des plus bas parmi les villes suisses. » Mathias Buschbeck

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Echos du Grand Conseil Mon, 20 May 2019 16:37:09 +0200
Il y a urgence, nous voulons mieux nous déplacer dans le Grand Genève ! https://www.verts-ge.ch/signer/petitions/item/5297-il-y-a-urgence-nous-voulons-mieux-nous-deplacer-dans-le-grand-geneve.html https://www.verts-ge.ch/signer/petitions/item/5297-il-y-a-urgence-nous-voulons-mieux-nous-deplacer-dans-le-grand-geneve.html Il y a urgence, nous voulons mieux nous déplacer dans le Grand Genève !

pétition lancée par le cercle du grand genève

A signer en ligne ICI

Nous, habitantes et habitants du Grand Genève

  • considérant que la mobilité est aussi nécessaire à notre territoire que la respiration l’est à la vie et qu’aujourd’hui nous étouffons ! ;
  • sommes conscients des efforts entrepris depuis des décennies, malheureusement trop souvent au coup par coup et en ordre dispersé, pour faire face à l’explosion des déplacements dans une des régions les plus dynamiques d’Europe ;
  • constatons, au regard d’autres agglomérations similaires, que les retards accumulés dans le développement et la coordination des divers modes de transports, ainsi que les services, dessertes et équipements proposés, débouchent sur une dégradation de notre qualité de vie.  Ils créent des tensions réelles qui sont des obstacles indéniables à la perception positive de l’agglomération et à la cohésion sociale ;
  • attendons avec impatience la mise en service du Léman Express, en décembre 2019, qui doit être la colonne vertébrale des nouvelles mobilités nécessaires pour l’ensemble de la région lémanique.

Demandons fermement à nos autorités et élu-e-s de

  • tout mettre en œuvre, par anticipation, pour inciter chacun-e à utiliser massivement cette nouvelle infrastructure, en modifiant ses habitudes de déplacements professionnels et de loisirs, en délaissant autant que possible la voiture individuelle ;
  • réaliser les investissements et les services d’accompagnement nécessaires à un véritable transfert modal, avec le développement des usages combinés des transports publics, de l’autopartage, du co-voiturage, du vélo, de la marche à pieds ;
  • organiser et mettre en place : des rabattements vers les gares, des P+R, des voies cyclabes, des cheminements piétons sécurisés, des conditions tarifaires et de confort accessibles, efficaces et abordables ;
  • à réorganiser les transports publics, à l’échelle transfrontalière, en écoutant et répondant à l’attente des usagers-ères ;
  • accélérer la réalisation des voies vélos, des transports collectifs et des trams transfrontaliers, afin de respecter les engagements pris dans le cadre des trois projets d’agglomérations, déjà signés, de diminuer ainsi le trafic des voitures, notamment dans les villages frontaliers, rattraper les retards et ainsi tenir les promesses faites aux habitant-e-s du Grand Genève ;
  • renforcer la gouvernance régionale, avec des instances confortées, en vue d’assurer le pilotage cohérent et commun de la politique transfrontalière de la mobilité, avec un programme de planification, d’investissement et d’avancement de sa réalisation ;
  • étudier et mettre en place un fonds dédié afin d’en assurer le financement transfrontalier ;
  • consulter et informer régulièrement la population sur l’avancement des projets et actions relatives à la mobilité durable du Grand Genève et la complémentarité des modes de déplacements.

Nous insistons sur l’urgence d’agir !!!

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Pétitions Mon, 20 May 2019 15:58:04 +0200
Résultat de la votation du 19 mai 2019 https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5286-resultat-de-votation-du-19-mai-2019.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5286-resultat-de-votation-du-19-mai-2019.html Résultat de la votation du 19 mai 2019

Double OUI pour la réforme fiscale des entreprises

Les Verts prennent acte de l’acceptation de la RFFA au niveau national et cantonal. Après une campagne très serrée, soutenue largement par les milieux économiques, la population genevoise a voté pour la réforme fiscale cantonale à 58.54% et à 62.89% au niveau fédéral. Les Verts sont inquiets des retombées de cette réforme sur la population, une réforme élaborée dans une perspective unilatérale quantitative qui se cantonne à favoriser des entreprises hautement capitalisées grâce à de nouvelles baisses d’impôts. Au niveau cantonal, le consensus accepté ce dimanche, fait la part belle à la croissance et aux multinationales alors que l’urgence climatique devrait nous inciter à d’avantage de retenue. Avec le taux unique d’imposition des bénéfices, fixé à 13.99%, notre canton fait le pari de la croissance et renforce la sous-enchère fiscale en poussant les autres cantons, moins attractifs que Genève, à revoir à la baisse leur propre taux d’imposition. Cette fuite en avant sera à coup sur contre-productive pour tous les cantons. Au niveau national : le projet RFFA avantage les grandes entreprises, détentrices de capitaux en leur accordant des privilèges fiscaux qui seront très difficile à cadrer. Les PME qui pour la plupart ne payent pas d’impôt sur le bénéfice n’en verront pas la couleur.

Cette diminution des rentrées fiscales provoquera à coup sûr des coupes dans des secteurs déjà sous-dotés comme le social, la santé, la protection de l’environnement et la mobilité douce. Cette fuite en avant dans une folle course à la croissance est un coup dur pour le climat. Les Verts s’inquiètent enfin de voir la Suisse, véritable locomotive de la sous-enchère fiscale internationale, continuer de stimuler la fuite des bénéfices des entreprises, au détriment des pays du Sud.

 

Les magasins seront ouverts trois dimanches en décembre

Après plusieurs refus dans les urnes, la population a finalement tranché pour une ouverture élargie des magasins à trois dimanches par an. Les Verts regrettent ce passage en force de la droite qui permettra désormais l’ouverture dominicale sans aucune protection du personnel de vente dont les conditions sont déjà très précaires. Les Verts continueront de militer pour une économie à échelle humaine soutenant le commerce de proximité et les salarié-e-s, pour une qualité de vie loin de la course à la consommation et au profit.

 

Le contre-projet l’emporte sur l’initiative pour des primes d'assurance-maladie plafonnées à 10% du revenu du ménage

A la base de l’initiative, les Verts ont défendu un droit aux subsides de manière à ramener la charge des primes d'assurance-maladie à 10% du revenu dans un canton où les primes sont les plus élevées de la Suisse et où l’assurance maladie peut représenter jusqu’à 25% du revenu du ménage. Bien que couplé à la réforme RFFA, ce qui avait déplu aux Verts, le contreprojet augmentera néanmoins le budget des subsides de l’assurance-maladie de 186 millions, ce qui constitue une étape significative. Au vu du bon résultat de l’IN 10%, qui obtient une majorité des suffrages, les Verts ne manqueront pas de demander une augmentation des subsides si les primes devaient continuer à progresser plus vite que les salaires.

 

La caisse de pension des fonctionnaires est sauvée

Les Verts se réjouissent qu’une majorité de la population ait choisit de recapitaliser la CPEG, enjeu majeur de cette votation. Si les deux lois obtiennent la majorité avec un score très proche, les Genevoises et les Genevois ont donné leur feu vert pour la loi 12228, loi pour laquelle les Verts avaient donné leur préférence. Rédigée par l’Alternative et les syndicats, la loi 1 apporte une plus grande solidarité entre les assuré.e.s et un meilleur équilibre des efforts entre l’Etat employeur et les actif.ive.s.

 

Soutien quasi-unanime à l’initiative « Pour une politique culturelle cohérente à Genève »

Les Verts saluent la très large acceptation de l’initiative pour la culture. C’est une excellente nouvelle pour les milieux culturels et la population genevoise qui méritent enfin une politique publique forte dans ce domaine si essentiel. Le canton devra désormais prendre ses responsabilités en soutenant financièrement un plus grand nombre de projets et en assumant un rôle de coordinateur et de médiateur dans la politique culturelle cantonale.

 

Plus de contrôle sur les armes

La population suisse a choisi à une très large majorité de rendre l’accès aux armes semi-automatiques plus difficile et à améliorer l’échange d’informations entre les Etats et ce malgré la charge des lobbies des armes et des chasseurs. Les Verts saluent cette décision, qui, même si elle représente un petit pas, assurera une meilleure traçabilité des armes à feu et plus de sécurité pour la population. Les Verts continueront à s’engager pour une réglementation plus stricte de la circulation et de l’utilisation des armes.

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Communiqués Sun, 19 May 2019 12:58:46 +0200
Grève du climat : sortons avec nos plus belles pancartes ! https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5285-greve-du-climat-sortons-avec-nos-plus-belles-pancartes.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5285-greve-du-climat-sortons-avec-nos-plus-belles-pancartes.html Grève du climat : sortons avec nos plus belles pancartes !

Par Léo Peterschmitt, candidat Jeune Vert au Conseil national

2019 est l’année du climat ou du moins celle où la protection du climat est un enjeux politique majeur: Il faut agir maintenant et rapidement ; Demies-mesures, pseudo-écologie, vagues promesses électorales ne suffiront pas.

Le 24 Mai aura lieu la grève pour le climat. Cette manifestation comme toutes celles qui l’ont précédée est le résultat du désir grandissant de la part de la population d’action pour l’environnement et d’un changement de paradigme dans notre relation à l’environnement.

Je crois en la possibilité d’une société où nous, les jeunes, n’aurons pas de doute et de peur face à notre devenir. Nous voulons une planète, nous voulons une biodiversité, nous voulons vivre en harmonie avec la nature car si nous ne le faisons pas, nous ne vivrons pas.

Il faut lutter jusqu’au bout, tant que l’espoir est là, et n’avoir comme but que la mise en place de mesures efficaces et concrètes. Manifester le 24 Mai c’est mettre la pression sur les politiques, mais c’est aussi augmenter la portée de l’écologie. Je manifesterai le 24 Mai pour le climat et je vous invite à faire de même. Continuons la lutte, continuons à exiger, continuons à espérer.

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Tribune libre Fri, 17 May 2019 14:08:37 +0200
Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5282-journee-mondiale-contre-l-homophobie-et-la-transphobie.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5282-journee-mondiale-contre-l-homophobie-et-la-transphobie.html Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie

Par Didier Bonny, co-président des Verts Ville de Genève et candidat au Conseil national. Texte paru dans son blog de la Tribune de Genève le 16 mai 2019. 

17 mai 1990 – 17 mai 2019. Il y a 29 ans l’OMS retirait l’homosexualité de la liste des maladies mentales. Et depuis 14 ans, le 17 mai est la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie afin de commémorer cette avancée pour les droits humains, mais aussi pour se rappeler qu’aujourd’hui encore 73 Etats condamnent l’homosexualité et qu'elle est passible de la peine de mort dans 13 pays. A ce propos, on se rappelle que très récemment le sultan de Brunei, sous la pression internationale, a suspendu la lapidation des homosexuel.le.s.

De nombreuses et nombreux personnes homosexuelles et transgenres sont victimes dans le monde d’actes d’une violence inouïe pouvant conduire jusqu’à la mort et cela même dans des pays où les droits pour les personnes LGBT (lesbienne, gay, bi, trans) sont reconnus.

L’évolution des mentalités est lente et chaque pas en direction de l'égalité des droits pour toutes et tous est souvent un combat, même dans des pays où l'acceptation sociale des personnes LGBT est plutôt bonne, comme c'est le cas en Suisse. L'exemple de l'aboutissement du référendum de l'UDF contre l'extension de la norme pénale antiraciste aux actes homophobes en est malheureusement une preuve éclatante, tout comme l'attente interminable pour l'instauration du mariage civil pour toutes et tous.

C'est en raison de ces lenteurs législatives que la Suisse est classée seulement en 27ème position (en perte de 5 places par rapport à 2018) sur 49 classés de l'index Rainbow Europe avec un score de 29% contre 90% à Malte qui occupe la tête de ce classement. La législation helvétique comporte des manques dans les domaines de l’égalité/non-discrimination, de la famille (pas de mariage égalitaire, restrictions à l’adoption, interdiction de la PMA pour les couples de femmes), de la protection contre les actes homophobes et transphobes, de l’autodétermination des personnes trans* et dans la politique d’asile.

C'est pourquoi la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie est une nécessité. Elle rappelle non seulement que vivre en tant qu'homosexuel.le ou trans* est trop souvent un combat de tous les jours pour être soi-même, parfois même au risque de sa vie, mais qu'aussi en matière d'égalité des droits il y a encore bien du chemin à parcourir, notamment en Suisse où il y a un sérieux retard.

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Tribune libre Thu, 16 May 2019 16:25:29 +0200
Lettre ouverte au Conseil d'Etat: pas de centre CFA pour requérants d'asile au Grand- Saconnex https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5281-lettre-ouverte-au-conseil-d-etat-pas-de-centre-pour-requerants-d-asile-cfa-au-grand-saconnex.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/5281-lettre-ouverte-au-conseil-d-etat-pas-de-centre-pour-requerants-d-asile-cfa-au-grand-saconnex.html Lettre ouverte au Conseil d'Etat: pas de centre CFA pour requérants d'asile au Grand- Saconnex

Le 22 mars dernier,  la majorité du Grand Conseil genevois acceptait la motion M 2489« Pas de centre fédéral d’attente et de départ à Genève », invitant le Conseil d’Etat à renoncer à la construction d’un centre fédéral d’attente et de départ pour les requérants d’asile au Grand-Saconnex. Plus d'un mois plus tard, le Conseil d'Etat annonce par voie de communication officielle que le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) est sur le point de lancer la procédure d’approbation des plans du centre fédéral pour requérants d’asile (CFA), faisant l’objet d’un point presse, conjoint avec le Conseil d’Etat genevois, fixé ce mercredi après-midi 15 mai.

Les partis qui ont soutenu la motion, à savoir les Verts, les Socialistes, Ensemble à gauche et le PDC demandent des explications au Conseil d’Etat sur cette démarche surprenante : comment le Conseil d’Etat justifie-t-il l’organisation d’une telle conférence de presse, alors qu’une motion l’invitant à renoncer à la construction du centre CFA lui a été remise et qu’un rapport de sa part est attendu ?

Veuillez trouver en annexe ci-dessous la lettre ouverte que ces quatre partis ont envoyé au Conseil d'Etat ainsi que le communiqué de la Coordination asile, dont ces quatre partis sont membres, dénonçant le projet de centre CFA, que vous pourrez lire dans ce lien : https://coordination-asile-ge.ch/pourquoi-les-genevois-e-s-ne-veulent-pas-dun-centre-federal-de-renvoi-au-grand-saconnex/

Par ailleurs, Le Conseil d’Etat a répondu à la motion Verte « pour une application digne et humaine de la politique d’asile » (voir la réponse ICI), signée par plusieurs partis et votée par une majorité du Grand Conseil en octobre 2018. Pour rappel, la motion invite le collège gouvernemental à renoncer à l’exécution de renvois Dublin lorsque la situation familiale l’exige, en vertu de l’article 17 du Règlement Dublin III. Elle visait aussi à recréer la Délégation du Conseil d’Etat aux réfugiés telle qu’elle existait par le passé sur ces questions, afin de relancer le dialogue et la négociation avec les autorités fédérales sur les questions de renvois. Elle demandait enfin des précisions au gouvernement quant à la manière dont il entend appliquer la loi sur l’asile sur son territoire. Cette motion faisait suite à plusieurs cas de renvois inhumains exigés par le SEM et mis en œuvre sans broncher par le Conseil d’Etat, reniant ainsi la tradition humanitaire de Genève. Dans sa réponse, le Conseil d’Etat annonce avoir recréé une délégation à la migration, composée du conseiller d'Etat chargé du département de la sécurité, de l'emploi et de la santé (DSES), qui la préside, de la conseillère d'Etat chargée du département de l'instruction publique, de la formation et de la jeunesse (DIP) et du conseiller d'Etat chargé du département de la cohésion sociale (DCS). Il affirme par ailleurs « qu’il appliquera avec pragmatisme et compassion le nouveau droit fédéral dans le domaine de l’asile, entré en vigueur le 1er mars 2019 ». Les Verts, Ensemble à gauche, les Socialistes et le PDC veilleront à ce que cet engagement sur le papier se réalise dans les faits, concrétisant une politique d’asile cantonale respectueuse des droits fondamentaux.   

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Communiqués Wed, 15 May 2019 11:40:31 +0200
Oui à une initiative plus juste, plus égalitaire et plus évolutive ! https://www.verts-ge.ch/archive-des-votations/item/5280-oui-a-une-initiative-plus-juste-plus-egalitaire-et-plus-evolutive.html https://www.verts-ge.ch/archive-des-votations/item/5280-oui-a-une-initiative-plus-juste-plus-egalitaire-et-plus-evolutive.html Oui à une initiative plus juste, plus égalitaire et plus évolutive !

Par Marjorie de Chastonay, députée

Avec une augmentation de 159% de hausse des primes en 20 ans, la santé devient la 2ème cause d’endettement des personnes de la classe moyenne. En attendant une réforme fédérale en profondeur du système de santé, agissons au niveau cantonal ! L’initiative pour le plafonnement des primes à 10 % est une proposition plus juste que le système actuel. Elle propose une aide à une plus grande catégorie de la population qui ne bénéficie pas de subsides. Or, parfois, les primes représentent jusqu’à 20 à 30 % du revenu !

Par ailleurs, l’initiative (IN) est plus évolutive que le contre-projet (CP) proposé puisqu’elle est linéaire (en %). La rigidité du CP risque d’engendrer des effets de seuil et pourrait inciter des personnes à prendre des franchises élevées. Cela provoquerait des reports de consultations avec des conséquences sur la santé des personnes et sur les coûts. Voter l’initiative 10 %, c’est ne pas lier le plafonnement des primes à une réforme de l’imposition des entreprises qui diminuera les rentrées fiscales cantonales. La santé est un droit fondamental qui doit être accessible à toutes et tous. Cette initiative est facile à mettre en œuvre, alors votez-là ! http://initiative10pourcent.ch/

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Votations Tue, 14 May 2019 11:47:47 +0200
Conscience écologique? Tu parles! https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5274-conscience-ecologique-tu-parles.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/5274-conscience-ecologique-tu-parles.html Conscience écologique? Tu parles!

Par Didier Bonny, co-président des Verts Ville de Genève et candidat au Conseil national. Texte paru dans son blog de la Tribune de Genève le 10 mai 2019. 

Le PLR et le PDC ont démontré, sans surprise à vrai dire, que leur conscience écologique était de la poudre aux yeux purement électoraliste, puisque ces deux partis ont refusé pratiquement d’une seule voix (24 non, 2 oui et 3 abstentions au PDC et 25 non au PLR) la motion du conseiller national socialiste Thomas Hardegger qui voulait charger le Conseil fédéral, pour diminuer l'impact négatif du trafic aérien sur l'environnement, de fixer un objectif de transfert des vols de courte distance à d'autres modes de transport, notamment le rail. Les voix négatives de ces deux partis, ajoutées à celles de l’UDC, ont eu comme conséquence que la motion a été clairement refusée par 111 voix contre 66. 

L'impact négatif du trafic aérien sur la population et l'environnement est pourtant colossal. Il est responsable de plus de 18% des émissions de CO2 en Suisse et, si rien n’est entrepris, ce secteur deviendra le plus important dans le bilan climatique de la Suisse en 2030. Le transport aérien est exonéré de l’impôt sur le carburant, de la TVA et de la taxe CO2.

L’augmentation du trafic aérien est constante alors que 46 pour cent de l'ensemble des vols sont à destination des pays voisins. Les passagers bénéficient de billets bon marché, mais la somme qu'ils paient ne couvre pas la totalité des coûts externes liés au trafic aérien, loin s'en faut. Les destinations les plus prisées des vols de courte distance sont desservies jusqu'à 30 fois par jour rien que depuis Zurich, ce qui démontre l'énorme potentiel de transfert du trafic aérien vers le rail.

Mais la preuve est faite par ce vote que le PLR et le PDC, qui tentent par de vagues promesses de verdir leur programme à l’approche des élections fédérales de cet automne, n’en ont en fait rien à cirer de l’urgence climatique. Ces deux partis illustrent de manière caricaturale ce qui ressort du sondage paru dans le Temps le 9 mai, à savoir que les trois quarts de la population pensent que les politiques ne sont pas à la hauteur de la tâche en matière d’environnement.

Le peuple suisse aura l’occasion de rectifier le tir le 20 octobre en élisant des femmes et des hommes politiques pour lesquels l’environnement n’est pas juste un effet de mode, mais une réelle préoccupation afin d’assurer un avenir aux générations futures.  

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Tribune libre Fri, 10 May 2019 12:08:26 +0200
RFFA : deux paquets (mal) ficelés https://www.verts-ge.ch/archive-des-votations/item/5273-rffa-deux-paquets-mal-ficeles.html https://www.verts-ge.ch/archive-des-votations/item/5273-rffa-deux-paquets-mal-ficeles.html RFFA : deux paquets (mal) ficelés

Par Jolanka Tchamkerten, Conseillère municipale à Versoix et membre du comité des Verts genevois

Souvenez-vous de la troisième réforme de la fiscalité des entreprises (RIE III) ! Le peuple l'a refusée à 60% en 2017, et avec raison, jugeant qu'elle entraînerait trop de diminutions dans les prestations à la population.

Le Conseil fédéral présente un autre projet, un paquet ficelé à une soi-disant réforme de l'AVS. Cette nouvelle version est-elle vraiment différente de la première ? Non, une soeur jumelle, à quelques menus détails près, qui engendrera énormément de pertes fiscales.

Rappelez-vous également que la deuxième réforme de la fiscalité des entreprises (RIE II) a entraîné des pertes dix fois plus importantes que celles qui avaient été annoncées !

Et que dire du projet de réforme cantonale ? Les diminutions pour le canton se chiffreront à 180 millions la première année,  jusqu'à 400 millions la cinquième année. En contrepartie, on nous promet la création d'une fondation pour la petite enfance à hauteur de 20 millions. Mais qu'est-ce, face aux besoins qui se montent à presque 4000 places de crèche ? Des cacahuètes !

Ne soyons pas dupes, les pertes financières engendrées si la réforme est acceptée, entraîneront des coupes dans les prestations à la population. Les communes verront également leurs recettes fortement diminuer et certaines seront obligées d'augmenter l'impôt communal de plusieurs centimes. Voyez ce qui se passe dans le canton de Vaud, où plus de 100 communes ont dû augmenter leurs impôts pour faire face au manque d'argent.

Un dernier élément important : en cas d’acceptation de la RFFA, les femmes en seront les premières victimes, comme à chaque fois qu’il y a des baisses dans les prestations publiques !

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Votations Thu, 09 May 2019 13:41:13 +0200
Initiative pour les glaciers https://www.verts-ge.ch/signer/initiatives/item/5272-initiative-pour-les-glaciers.html https://www.verts-ge.ch/signer/initiatives/item/5272-initiative-pour-les-glaciers.html Initiative pour les glaciers

Retrouvez les feuilles de signature en bas de page

Qu’exige l’initiative pour les glaciers?

Les émissions nettes de gaz à effet de serre doivent être réduites à zéro au plus tard jusqu‘en 2050. Par conséquent, les combustibles et carburants fossiles ne seront plus autorisés à partir de 2050.

Que signifie « zéro net »?

Certaines émissions de gaz à effet de serre ne peuvent être totalement évitées. Il existe cependant des « puits à gaz » qui extraient le gaz à effet de serre de l‘atmosphère - par exemple les forêts qui poussent, mais aussi les méthodes techniques d‘extraction du CO2 dans l‘atmosphère. « zéro net» signifie que les émissions engendrées ne seront pas supérieures aux émissions de gaz à effet de serre que ces puits retirent de l‘atmosphère.

Est-ce une exigence radicale?

Si la Suisse met en œuvre l‘initiative pour les glaciers, elle ne fera que ce qu‘elle est tenue de faire par la ratification de l’accord de Paris de 2015. D‘autres pays ont déjà fixé des objectifs similaires: la loi suédoise exige que les émissions nettes soient nulles d‘ici 2045, la Finlande veut réduire ses émissions bien en dessous de zéro d‘ici à 2040. En 2018, la Commission européenne a déclaré son intention de devenir neutre en gaz à effet de serre d‘ici à 2050.

Comment cela devra-t-il être mis en oeuvre?

L‘initiative pour les glaciers est une initiative cible. Elle exige une politique technologique active, mais confie le choix des instruments à la législation. Parmi les réglementations possibles figurent la compatibilité climatique des nouvelles installations et infrastructures, les taxes d‘incitation, les limites quantitatives, les normes d‘efficience et les ajustements dans des domaines tels que la politique énergétique, la politique agricole et l‘aménagement du territoire.

À l’avenir, d’où proviendra notre énergie?

Le potentiel des énergies renouvelables est considérable. Toutefois, les capacités doivent être développées. Ce ne sera pas un jeu d‘enfant. Mais plus vite nous commencerons, plus ce sera facile.

Le coût est-il abordable?

Oui. Aujourd‘hui, nous dépensons 16 milliards de francs suisses en énergies fossiles. L‘argent va à des pays comme l‘Arabie saoudite ou la Russie. La transformation de l‘économie vers une économie respectueuse du climat coûtera en effet de l‘argent. Mais la plus grande partie de la production de valeur restera en Suisse, créant des emplois ici.

Pour la Suisse, quelles sont les opportunités offertes par l‘initiative pour les glaciers?

La transformation technologique doit avoir lieu dans le monde entier. La Suisse peut y prendre part et profiter de la transformation comme d‘une opportunité - ou elle peut rester à l‘écart. Si la Suisse saisit sa chance, par exemple en développant des technologies respectueuses du climat, elle contribuera également à résoudre la crise climatique au-delà de ses frontières.

Qui est derrière l’initiative pour les glaciers?

L‘initiative pour les glaciers a été lancée par l‘Association suisse pour la protection du climat. Cette association non partisane a été fondée à cette fin en août 2018. Elle coopère avec les organisations environnementales existantes. Le comité d‘initiative représente la population dans toute sa diversité: femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, scientifiques, créateurs culturels, agriculteurs et bien d‘autres. Six conseillers nationaux ou d‘État y sont représentés - issus du PBD, du PDC du PLR, des Verts, des Vert‘libéraux et du PS.

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Initiatives Wed, 15 May 2019 10:28:32 +0200