Actualités - Les Verts - Genève - Les Verts - Genève https://www.verts-ge.ch Sun, 31 May 2020 21:28:18 +0200 Joomla! - Open Source Content Management fr-fr Les Vert.e.s genevois.e.s soutiennent la culture! #10 : TOM TIRABOSCO et la régularisation des sans-papiers https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6082-les-vert-e-s-genevois-e-s-soutiennent-la-culture-10-tom-tirabosco-et-la-regularisation-des-sans-papiers.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6082-les-vert-e-s-genevois-e-s-soutiennent-la-culture-10-tom-tirabosco-et-la-regularisation-des-sans-papiers.html Les Vert.e.s genevois.e.s soutiennent la culture! #10 : TOM TIRABOSCO et la régularisation des sans-papiers

Durant la crise du Covid-19, nous avons demandé à des artistes d’illustrer avec humour les grands projets Verts pour une société plus résiliente. Aujourd’hui #10: TOM TIRABOSCO !

Construisons ensemble une politique d’asile cantonale digne et ambitieuse ! Genève est une terre d’accueil, il est donc urgent que les personnes en situation de migration ou sans statut légal puissent être régularisées. Mais ce n’est qu’une étape ! Les Vert.e.s genevois.e.s défendent une véritable politique d’insertion professionnelle et de reconnaissance des compétences, pour que chacun.e puissent travailler dans des conditions dignes. 

Engagez-vous à nos côtés pour répondre à l’urgence climatique, sociale et sanitaire, aujourd’hui comme demain!

Une expo-vente de tous les dessins réalisés pour les Vert.e.s genevois.e.s sera organisée cet automne. Les recettes seront reversées à une organisation caritative ou culturelle du canton de Genève ! 

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Tribune libre Thu, 28 May 2020 11:41:21 +0200
C'est parti pour une nouvelle législature dans nos communes! https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6081-c-est-parti-pour-une-nouvelle-legislature-dans-nos-communes.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6081-c-est-parti-pour-une-nouvelle-legislature-dans-nos-communes.html C'est parti pour une nouvelle législature dans nos communes!

C’est parti! La vague verte va enfin pouvoir se déconfiner! Le 1er juin 2020, 14 Conseillers·ères administratif·ves Vert·e·s vont entamer leur mandat dans leur commune, aux cotés des 128 Conseillers·ères municipaux·ales Vert·e·s. Un record! 

Nous leur souhaitons beaucoup de succès dans leurs fonctions et sommes certain·e·s que leur engagement sans faille saura défendre les valeurs Vertes pour des communes plus durables, solidaires et égalitaires!

Un grand merci à Debuhme pour son illustration!
]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Tribune libre Wed, 27 May 2020 16:40:38 +0200
Les Vert.e.s genevois.e.s soutiennent la culture! #9 : AMÉLIE STROBINO et la biodiversité https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6078-les-vert-e-s-genevois-e-s-soutiennent-la-culture-9-amelie-strobino-et-la-biodiversite.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6078-les-vert-e-s-genevois-e-s-soutiennent-la-culture-9-amelie-strobino-et-la-biodiversite.html Les Vert.e.s genevois.e.s soutiennent la culture! #9 : AMÉLIE STROBINO et la biodiversité

Durant la crise du Covid-19, nous avons demandé à des artistes genevois.e.s d’illustrer avec humour les grands projets Verts pour une société plus résiliente. Aujourd’hui # 9: AMELIE STROBINO !

Laissons à la nature la place qu’elle mérite ! La biodiversité suisse est riche de faune, de flore et de chants d’oiseaux, mais notre activité humaine écrase trop souvent les écosystèmes qui nous entourent. Sauvegardons et renforçons la biodiversité sur tout le territoire ! Les Vert.e.s genevois.e.s s’activent pour mettre en œuvre une gestion adaptée des milieux protégés, préserver les paysages naturels et luttent contre les produits phytosanitaires de synthèse.

En cette Journée internationale de la biodiversité du 22 mai 2020, engagez-vous à nos côtés pour répondre à l’urgence climatique, sociale et sanitaire, aujourd’hui comme demain!

Une expo-vente de tous les dessins réalisés pour les Vert.e.s genevois.e.s sera organisée cet automne. Les recettes seront reversées à une organisation caritative ou culturelle du canton de Genève ! 

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Tribune libre Wed, 20 May 2020 12:02:02 +0200
Affronter l’ampleur de la transition écologique https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6077-affronter-l-ampleur-de-la-transition-ecologique.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6077-affronter-l-ampleur-de-la-transition-ecologique.html Affronter l’ampleur de la transition écologique

Par Nicolas Walder, président et Pierre Gautier, membre du Bureau des Vert.e.s genevois.e.s

Nous traversons une crise sanitaire qui ne doit pas nous faire oublier la catastrophe climatique sans précédent à laquelle nous sommes confronté.e.s. Bien au contraire, la mise en évidence des failles de la mondialisation et de sa dépendance absurde au transport de marchandises aux quatre coins de la planète illustre parfaitement la nécessité de plus de sobriété dans une société décarbonée. Et s’il faut dénoncer les ravages du système globalisé basé sur le consumérisme et le néolibéralisme, il faut aussi commencer, ici à Genève et maintenant, à concrétiser l'engagement du Conseil d'Etat de réduire de 60% les émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici 2030.

Forts de nos récents succès électoraux et de la confiance dont nous ont témoigné les électeur.trice.s, les Vert.e.s portent désormais une grande responsabilité pour traduire en actes leur promesse d'amener Genève sur la voie de la neutralité carbone.

C'est pourquoi notre parti a demandé à l'ONG Noé 21, spécialiste de solutions au changement climatique, de décrire l’ampleur des actions à mettre en place et de proposer des mesures concrètes pour atteindre l'objectif de réduction de 60% de GES. Le Comité du 18 mai a pris connaissance avec satisfaction de ce rapport que vous retrouvez sur notre site Internet. Il a décidé d’en faire la pierre angulaire de nos actions à venir en fédérant toutes nos forces autour de ce document.

Nos élu.e.s, les groupes de travail et tous nos membres sont donc appelé.e.s à s'approprier ce rapport et à participer aux réflexions et discussions sur les mesures à retenir et comment les faire accepter et appliquer par notre population.

Nous comptons sur vous toutes et tous pour que de nombreux projets de lois, des délibérations administratives et des interpellations diverses soient rapidement déposés tant au niveau communal que cantonal ou fédéral. Le tout accompagné d’actions politiques fortes, selon un plan d’action qui devrait être finalisé d’ici la fin de l’année 2020 avec un calendrier précis de mise en œuvre.

Au vu de l’ampleur de la tâche, historique à plus d’un titre, c’est bien une mobilisation générale des Vert.e.s genevois.e.s qui vous est proposée.

Un grand merci d’avance pour votre participation active!

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Tribune libre Tue, 19 May 2020 17:15:59 +0200
Ne pas recommencer comme avant : c’est mal parti ! https://www.verts-ge.ch/nos-idees/echos-du-grand-conseil/item/6067-ne-pas-recommencer-comme-avant-c-est-mal-parti.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/echos-du-grand-conseil/item/6067-ne-pas-recommencer-comme-avant-c-est-mal-parti.html Ne pas recommencer comme avant : c’est mal parti !

Echo du Grand Conseil rédigé par Jean Rossiaud, député

Première séance du Grand Conseil après le confinement. Au CICG, dans une salle permettant de conserver la distance physique requise. Des conditions étranges, comme nul n’en avait jamais connues. Des sourires polis, crispsés. Une ambiance froide, que l’on voudrait asceptisée. A la pause, on mange par table de 4 au maximum, on se regarde de coin, la méfiance est de mise. Une personne éternue et le silence se fait.

Gageons que cela ne durera pas et que la politique reprendra ses droits et ses habitudes, les bonnes comme les mauvaises, et que l’état de sidération qui était encore perceptible à cette reprise laissera vite la place à des empoignades verbales plus hautes en couleur, à l’image de la brillante intervention de Paloma Tschudi contre le soutien insensé au Salon de l’auto.

Cette première session a été marquée par l’élection de François Lefort, à la Présidence de notre Grand Conseil. Bravo François et bonne année de présidence ! Avec Antonio Hodgers à la Présidence du Conseil d’Etat, nous les Vert.e.s démontrons que nous sommes prêt.e.s à la fois à occuper des places institutionnelles clés, et à nous engager pleinement dans la vague verte : la crise nous donne l’opportunité de ne pas relancer l’économie comme avant !

Le premier citoyen du Canton pourra donc veiller au grain, et rappeler depuis le perchoir qu’il est impératif que les mesures économiques pour sortir de la crise s’inscrivent dans le plan Climat, en mettant en œuvre si possible les propositions que notre groupe parlementaire a communiquées récemment. Relisez son discours d’intronisation en suivant ce lien.

Une grande partie des débats a porté sur la crise sanitaire et la crise économique occasionnées  par les mesures de confinement. Le Grand Conseil devait valider que le Conseil d’Etat avait bien été légitime à déclarer l « état de nécessité » (l’Art. 113 de la Constitution genevoise qui définit l’Etat de nécessité et autorise le Conseil d’Etat à prendre les mesures nécessaires pour protéger la population et d’en informer le Grand Conseil.

Effectivement, le Conseil d’Etat a pris les mesures qui s’imposaient, et la majorité des Vert.e.s estime qu’il a pris finalement des décisions globalement raisonnables, alors qu’il était – à l’instar du Conseil fédéral - dans une très grande incertitude.

Le Conseil d’Etat a fait ce qu’il a pu, les Vert.e.s l’en remercie : sa marge de manœuvre – laissée par les directives fédérales - était d’ailleurs assez restreinte. Cependant, d’après la Constitution, cela aurait été au Grand Conseil de constater la situation extraordinaire. Mais le Conseil d’Etat a jugé que les conditions sanitaires ne le permettaient pas. Le Grand Conseil n’a pas pu user de sa compétence et je ne peux que le regretter. Certains députés ont émis immédiatement l’avis que nous aurions pu et dû nous réunir plus vite, alors que les grandes salles comme celle dans laquelle nous siégions ce jour, ou des auditoires universitaires étaient disponibles avec la cessation des activités liées aux mesures de confinement.

Enfin, Le Grand Conseil a dû valider le fait que les mesures prises en « état de nécessité » par le Conseil d’Etat étaient bien valides, et c’est ce qu’il a fait.

Le Grand Conseil ne s’est pas prononcé sur la gestion par le Conseil d’Etat de la situation extraordinaire. Cet examen devra se faire plus tard, probablement en Commission de Contrôle de gestion, afin de comprendre comment faire mieux face à la prochaine crise, déjà annoncée.

En effet, cette situation est préoccupante, les épidémies comme les autres risques sanitaires et environnementaux ne sont pas pris en compte, encore moins évalués, dans la matrice des risques de l’Etat de Genève et il n’y a donc aucun contrôle interne mis en place, à aucun échelon politique ni administratif, qui puisse se saisir des procédures à mettre en place, ni évaluer les coûts financiers de ces mesures. Le confinement évidemment est l’une de ces mesures.

Devant prendre ses directives sans aucune préparation, le Conseil d’Etat – à l’instar du Conseil fédéral - s’est vu dans l’obligation de prendre les décisions politiques, en s’en remettant aux « experts » qui sont par définition incompétents pour traiter des problématiques « globalement », c’est-à dire hors de leur champ d’expertise. Qui pourrait aujourd’hui reprocher cette attitude au Conseil d’Etat ? Personne ! Qui pourrait la reprocher aux experts : personne !

C’est l’état d’impréparation qui a généré l’incertitude, et c’est l’incertitude qui a généré la peur. Et c’est ce que devra étudier la commission de Contrôle de gestion, et notamment sur les mesures spécifiques (non fermeture de l’aéroport, manque de gel hydro-alcoolique, pénurie de masques, manque de tests, etc.).

Par ailleurs, dans les travaux de commission, Antonio Hodgers, en tant que Président du Conseil d’Etat,  a annoncé que la sortie définitive du Covid-19 ne se fera pas sans vaccin généralisé. Or une grande partie de la population et des Vert.e.s ne sont pas favorable aux mesures de vaccination généralisée et ce type de mesure mérite un large débat démocratique.

Pour conclure, je laisserai la parole à notre Chef de Groupe, Pierre Eckert : « Les priorités des Vert.e.s pour la sortie de crise sont basées sur des perspectives à moyen terme mais dont il faut débuter la mise en œuvre dès aujourd’hui. Plus spécifiquement il s’agit des volets résilience et transition de notre plan. L’urgence impose toutefois de tenter de sauvegarder certains pans de l’économie locale et d’apporter un important soutien social. Dans cette situation, nous pensons que nous pouvons nous appuyer sur l’intelligence collective, moins partisane que d’habitude, pour être utiles à l’ensemble de la population genevoise. Pour ce qui est du redéploiement économique, nous resterons strictement dans les limites de nos valeurs environnementales et sociales, le monde d’après devant se distancier clairement du monde d’avant, qui était marqué par sa fuite en avant dans la surconsommation. »

Amplifions la vague Verte : ne recommençons pas comme avant !

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Echos du Grand Conseil Tue, 19 May 2020 13:35:25 +0200
Discours de François Lefort lors de son élection comme Président du Grand Conseil genevois (11 mai 2020) https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6066-discours-de-francois-lefort-lors-de-son-election-comme-president-du-grand-conseil-genevois-14-mai-2020.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6066-discours-de-francois-lefort-lors-de-son-election-comme-president-du-grand-conseil-genevois-14-mai-2020.html Discours de François Lefort lors de son élection comme Président du Grand Conseil genevois (11 mai 2020)

Mesdames les députées, Messieurs les députés, Monsieur le Président du Conseil d’Etat,

Mesdames et Messieurs les conseillers d'Etat,

Je vous remercie pour la confiance témoignée par cette élection à la présidence du Grand Conseil de notre République et canton de Genève et pour l’honneur que vous me faites ainsi. Cet honneur m’engage.

Il m’engage à être le président de toutes et de tous. Il m’engage à présider nos débats avec sérénité et bienveillance.

Il m’engage à vous représenter en toutes circonstances en votre nom en tant que primus inter pares.

Député, c’est toujours avec émotion que je me rends aux séances du Grand Conseil, montant les ruelles de la vieille ville, que nous retrouverons bientôt, ou maintenant les avenues du quartier des Nations, avec émotion parce que je sais que je vais y retrouver les élus de la République, animés toutes et tous, de la même flamme, du même engagement, au service de la population. Avec émotion, parce que c’est une responsabilité grande que de faire vivre la République dans la diversité de nos opinions. Avec émotion mais aussi avec affection pour chacune et chacun.

Le discours du président élu est d’ordinaire un moment joyeux, où, vous vous en souvenez peut-être, il est fait abondamment état de notre fonctionnement, de ses imperfections, de ce qui devrait être amélioré, pour gagner en célérité et en efficacité.

Mes prédécesseurs omettent le fait que nous sommes aussi très souvent d’accord, favorables ou défavorables à l’unanimité, sur un nombre considérable d’objets politiques qui peuvent aussi représenter, ces objets, des investissements considérables que nous décidons ensemble sans disputes inutiles. C’est un fait dont nous devons nous rappeler plus que d’autres alors que sont plus souvent mis en exergue, les débats, conflictuels parfois, longs parfois, longs mais nécessaires tant que la parole demandée est possible.

C’est ainsi et ce n’est pas un mal, c’est la fonction normale d’un parlement, que de débattre, et je ne vous demanderai pas de changer, parce qu’alors nous ne serions plus un parlement, mais aussi parce que ce serait réitérer un vœu pieu émis par tous les anciens présidents dont j’ai écouté les discours. Et nous connaissons le destin des vœux pieux

Le discours du président élu est d’ordinaire un moment joyeux mais il ne peut l’être cette année car nous vivons, nous et notre canton, notre canton et notre pays un moment étrange, qui n’était nulle part prévu :  une pandémie dont l’étendue nous a touché par surprise et a suspendu ou paralysé les activités de secteurs entiers de notre société, l’éducation, les travaux publics et privés, le commerce, les loisirs, alors que le secteur de la santé était submergé par la crise sanitaire. Cette sidération n’a pas épargné le Grand Conseil puisque la situation extraordinaire de nécessité nous fut déclarée par le Conseil d’Etat lors de notre dernière séance le vendredi 13 mars et que nous nous réunissons pour la première fois depuis cette date. Ce genre d’événement est rare et n’a pas d’équivalent dans l’histoire récente de la République depuis 1847.

Dans cette situation exceptionnelle, le Conseil d’Etat a été exemplaire dans la conduite de l’État, dans la crise majeure que nous traversons, il n’a eu de cesse de guider l’action gouvernementale dans l’unique souci de protéger la population et d’atténuer  les effets sociaux et économiques désastreux. Mais également il a été exemplaire dans ses relations avec le Parlement pour garantir la continuité de l’Etat et l’application de mesures urgentes et spéciales. Je remercie le Conseil d’Etat pour son action déterminée en situation extraordinaire. Je vous remercie vous aussi toutes et tous, députés de la Commission législative, de la Commission des Finances et de la Commission des Travaux qui ont accompagné et appuyé l’autorité du Conseil d’Etat depuis début avril, et toutes et tous députés de toutes les commissions qui avez repris vos travaux depuis le 20 avril. Le Parlement a donc toujours été là, mené en votre nom par son président et le bureau, aux côtés du Conseil d’Etat, dans un esprit de fort soutien aux Genevoises et Genevois. Je saisis cette occasion pour remercier notre président sortant, Jean-Marie Voumard qui, dans cette période agitée, a conservé son calme. Vous connaissez son caractère de jurassien bernois et je peux vous assurer qu’il a maintenu le cap du navire Grand Conseil sans dévier d’un seul degré.

La pandémie est toujours une réalité, un virus inconnu il y a 4 mois, est encore inconnu aujourd’hui pour ses conséquences sur la santé à long terme, sur sa contagiosité, sur sa létalité, sur l’immunité qu’il peut susciter ou non. Les scientifiques et les médecins ont beaucoup appris sur cette maladie mais la lutte est encore incertaine. Quels médicaments, quels vaccins, quelles stratégies à développer pour le futur ? Mais ce que nous savons de Genève, particulièrement touchée, c’est que le système de santé n’a pas été débordé au pic de la crise sanitaire et que notre canton était donc riche en infrastructures et personnels pour soigner notre population.

Hier soir à 21h, comme beaucoup de genevoises et de genevois, j’ai applaudi encore, j’ai applaudi bien sûr les soignantes et les soignants de tous ordres, en me rappelant aussi qu’elles sont majoritairement des soignantes, mais aussi les caissières, les personnels des services de voirie, les personnels de police, toutes ces personnes engagées, toujours présentes dans la crise et l’urgence. Elles ont assuré les services essentiels. Elles ont aussi eu peur, et pour certaines, elles ont été touchées dans leur santé. J’ai applaudi aussi les membres du corps enseignant qui ont continué, tant bien que mal, de garder le lien avec leurs élèves. J’ai applaudi les paysans qui ont su faire face et continuer leur labeur qui va nous nourrir cet été et cet automne. Oui, je vous ai applaudi, comme tous les soirs, vous toutes, Genevoise et Genevois, qui avez été solidaires, qui avez observé cette discipline qui a garanti que la santé de tous passait par chacune et chacun. Vous n’avez cédé ni au découragement, ni à l’abattement et vous avez été patients.

Le message du président élu est donc un message optimiste.

La pandémie n’est pas terminée, mais le pire est derrière nous. Nous avons réussi le plus long du chemin alors continuons jusqu’à la disparition de cette maladie. Nous avons collectivement résisté.

Maintenant il faut en tant que parlement que nous accompagnions la sortie de crise par les dispositions propres à panser les plaies sociétales urgentes, nombreuses, et soutenir les plus faibles et les plus fragiles, puisque, comme notre Constitution fédérale nous le rappelle, la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres.

Ce premier moment passé, nous devons aussi réfléchir collectivement à ce qui nous est arrivé, pour que la prochaine fois, lors de la prochaine crise, notre société soit plus résistante et plus résiliente, car la prochaine fois est déjà là, la crise climatique dans laquelle nous étions et sommes encore, elle, ne disparaîtra pas avec le virus. Peut-être en est-elle aussi à l’origine. La crise climatique porte en elle d’autres menaces, plus durables, auxquelles nous devons savoir faire face, pour le bien-être et la santé de notre population et des générations futures.

Voilà donc les enjeux qui viennent et qui nous occuperons cette année, Mesdames et Messieurs les députés, je sais que vous serez assidu à trouver les meilleures solutions, lors des débats sereins à venir et je vous en remercie.

 

Vive la République !

Vive Genève!

Vive la Suisse !

]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Tribune libre Tue, 19 May 2020 13:23:57 +0200
Publication du rapport "Urgence climatique: diminuer de 60% les émissions de CO2 à Genève d’ici 2030" de l’ONG Noé 21 pour les Vert.e.s genevois.e.s https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/6065-publication-du-rapport-urgence-climatique-diminuer-de-60-les-emissions-de-co2-a-geneve-d-ici-2030-de-l-ong-noe-21-pour-les-vert-e-s-genevois-e-s.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/communiques-de-presse/item/6065-publication-du-rapport-urgence-climatique-diminuer-de-60-les-emissions-de-co2-a-geneve-d-ici-2030-de-l-ong-noe-21-pour-les-vert-e-s-genevois-e-s.html Publication du rapport

Lettre envoyée le 19 mai 2020 au Conseil d'Etat genevois. Le rapport de Noé 21 est disponible ci-dessous au format PDF.

 

Mesdames les Conseillères d’Etat, Messieurs les Conseillers d’Etat,

Par ce courrier, les Vert.e.s genevois.e.s vous invitent à prendre connaissance du rapport de l’ONG Noé 21, « Urgence climatique : diminuer de 60% les émissions de CO2 à Genève d’ici 2030 ». Cette étude a été mandatée fin 2019 par notre parti afin de proposer des actions concrètes en vue d’une diminution de 60% des émissions de gaz à effet de serre (GES) à Genève en 2030 et d’atteindre la neutralité carbone en 2050, tel que l’a décidé le Conseil d’Etat en décembre 2019. Elle livre ainsi une série de mesures qui doit servir de base pour envisager concrètement l’ampleur des efforts à déployer pour répondre à ces objectifs.

Noé 21, spécialiste de solutions au changement climatique, propose un rapport indispensable pour réaliser la mise en œuvre du Plan climat cantonal. Fondé sur des chiffres avérés (notamment le Bilan Carbone du Canton de Genève publié en 2016), il permet de quantifier et fixer des actions précises pour réduire nos dépenses énergétiques. Il se décline en effet en 13 mesures prioritaires, axées notamment sur les bâtiments, la mobilité, le trafic aérien (que le Plan climat cantonal dans sa version actuelle n’aborde pas) ou les importations. Par exemple : en baissant la température intérieure moyenne des logements en hiver de 23,5 degrés à 20 degrés, le gain d’émission de GES en 2030 serait de -9%. Sur la gestion du trafic aérien, l’instauration de quotas de vols par habitant.e permettrait de réduire le nombre de passager.ère.s à moins de 10 millions en 2030, contre 22 millions au début de l’année 2020. Enfin, toujours en guise d’exemple, en baissant massivement le volume des importations et en favorisant la souveraineté alimentaire, le canton pourrait renforcer l’auto-approvisionnement et le développement de filières locales. Dans tous les cas, à travers une réalisation immédiate ou structurelle, il est certain que nous devons passer aujourd’hui par des « ruptures comportementales » et par une révision profonde de notre modèle économique.

En s’inspirant de ce rapport, les Vert.e.s genevois.e.s sont donc prêt.e.s à poursuivre leurs efforts pour faire appliquer des décisions fortes et ainsi atteindre la neutralité carbone en 2050. Il ne s’agit pas ici d’un choix, mais bel et bien d’une nécessité d’agir de façon responsable pour la population genevoise et les générations futures. Chaque élu.e Vert.e, chaque groupe de travail interne au parti, chaque responsable et nombre de nos membres se trouvent désormais engagé.e.s de manière coordonnée dans cette dynamique. Des interventions parlementaires seront rapidement déposées, accompagnées de démarches politiques concrètes selon un plan d’actions qui devrait être complété d’ici la fin de l’année 2020 avec un calendrier de mise en œuvre.

Les Vert.e.s genevois.e.s se sont réjouis que le Conseil d’Etat déclare l’urgence climatique en 2019, suite à l’acceptation d’une motion Verte. Pourtant, nous n’avons pas attendu cette déclaration pour proposer des progrès significatifs, à tous les niveaux législatifs et depuis de nombreuses années. Axe central de notre combat politique, la protection de l’environnement était et reste une priorité. Aujourd’hui, face à la crise sanitaire due au Covid-19 et devant la crise économique et sociale qui en découlent, il parait plus que jamais urgent d’agir à tous les niveaux pour placer les enjeux climatiques majeurs auxquels nous faisons face au cœur des politiques de sortie de crises. Les propositions de l’étude de Noé 21 arrivent ainsi à point nommé.

En vous remerciant d’avance de votre considération, nous vous prions de recevoir, Mesdames les Conseillères d’Etat, Messieurs les Conseillers d’Etat, nos salutations les plus respectueuses.

Nicolas Walder, Président des Vert.e.s genevois.e.s

Contacts :

Nicolas Walder, président des Vert.e.s genevois.e.s.

Pierre Gautier, membre du bureau des Vert.e.s genevois.e.s et coordinateur du projet. 

Philippe de Rougemont, coordinateur de l’ONG Noé 21 et co-auteur du rapport.

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Communiqués Tue, 19 May 2020 10:45:54 +0200
Les Vert.e.s genevois.e.s soutiennent la culture! #8: OLGA OLGA et les vélos https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6063-les-vert-e-s-genevois-e-s-soutiennent-la-culture-8-olga-olga-et-les-velos.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6063-les-vert-e-s-genevois-e-s-soutiennent-la-culture-8-olga-olga-et-les-velos.html Les Vert.e.s genevois.e.s soutiennent la culture! #8: OLGA OLGA et les vélos

Durant la crise du Covid-19, nous avons demandé à des artistes genevois.e.s d’illustrer avec humour les grands projets Verts pour une société plus résiliente. Aujourd’hui # 8: OLGA OLGA !

Dans tous les recoins du canton ou dans toutes les directions, laissons durablement la place aux vélos à Genève! Il est grand temps d’offrir un réseau cyclable aménagé et complet à la petite reine, pour que la mobilité douce soit enfin synonyme de sécurité et plaisir! Les Vert.e.s genevois.e.s poursuivront sans relâche leurs efforts: devant le succès de la voie verte reliant Annemasse aux Eaux-Vives, la motion Pour un véritable réseau de voies vertes à Genève, déposée en août 2019 au Grand Conseil, propose la mise en place d’un réseau de 6 voies vertes à travers tout le canton. Alors, en selle?

Engagez-vous à nos côtés pour répondre à l’urgence climatique, sociale et sanitaire, aujourd’hui comme demain!

Une expo-vente de tous les dessins réalisés pour les Vert.e.s genevois.e.s sera organisée cet automne. Les recettes seront reversées à une organisation caritative ou culturelle du canton de Genève ! 

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Tribune libre Mon, 18 May 2020 14:56:11 +0200
Solidarité avec l'Appel du 4 mai! https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6061-solidarite-avec-le-mouvement-du-4-mai.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6061-solidarite-avec-le-mouvement-du-4-mai.html Solidarité avec l'Appel du 4 mai!

Suite aux interventions policières parfois violentes pour interrompre les actions de l'Appel du 4 mai, Paloma Tschudi, députée Verte et commissaire à la judiciaire, a posé les questions suivantes au département de la sécurité, de l'emploi et de la santé (DSES). Les Vert.e.s genevois.e.s attendent avec impatience les réponses à ces questions.

Depuis lundi 4 mai, des citoyen.ne.s se mobilisent quotidiennement pour une noble cause : elles et ils demandent un redémarrage «post-Covid-19» plus local, humaniste, social et écologique. Pour ce faire, chaque midi, elles et ils se placent dans l’espace public et dessinent un cadre de 4m2 à la craie autour de leurs pieds, par souci de se mobiliser dans le respect des prescriptions sanitaires. Ces personnes sont peu nombreuses (à peine plus que les 5 personnes admises actuellement), silencieuses et leur action ne dure que 15 minutes.

Or, depuis le début du mouvement, la police genevoise intervient systématiquement pour les disperser. Elle contrôle les identités, distribue des amendes et a menotté et emmené plusieurs personnes au poste, dont un mineur aujourd’hui, pour des garde à vue ayant duré jusqu’à 2h30. Une personne a été plaquée au mur au moment de son arrestation et la violence physique du policier l’a contrainte à consulter un médecin suite à des douleurs au pouce.

Dans ce contexte, je souhaite poser les questions suivantes au département de la sécurité, de l'emploi et de la santé (DSES), et je vous remercie d’avance pour vos réponses :

  1. Comment la police cantonale justifie-t-elle une telle brutalité dans le cadre d’actions aussi pacifiques et bienveillantes que celles du 4 mai ?
  1. L’interdiction fédérale de se rassembler à plus de 5 personnes sur l’espace public vise à restreindre les formations de groupes de personnes proches les unes des autres. Or, les membres du mouvement du 4 mai sont à peine plus nombreux.se.s et respectent strictement les distances sociales. A contrario, des files de plusieurs dizaines de personnes se forment à l’entrée de nombreuses enseignes à travers la ville, ce qui est nettement plus problématique en termes de propagation du virus. Dans ce contexte, les interventions systématiques et parfois violentes de la police cantonale envers ce mouvement ne sont-elles pas disproportionnées ?
  1. Sur quelle base légale ou réglementaire exactement la police s’appuie-t-elle pour interrompre, parfois de manière violente, ces actions ? Est-il attesté que la configuration de ces actions (distances de 2m entre les personnes, très faible nombre de participant.e.s) permet de les décrire comme des rassemblements ?
  1. Il nous a été reporté que la garde à vue a eu lieu au poste des Pâquis dans des cellules insalubres (matelas sales, toilettes répugnantes). Comment une telle insalubrité est-elle justifiée et que compte faire la police cantonale pour y remédier ?
  1. Lors des interventions, les policier.e.s ont fait peu de cas du respect des distances sociales et aucun gel bactériologique n’était mis à disposition au poste. Que compte entreprendre la police cantonale pour respecter les prescriptions sanitaires lors de ses interventions, d’autant plus lorsque ces interventions visent à les faire respecter, justement ?
  1. Outre le mouvement du 4 mai, la police est aussi intervenue récemment pour empêcher la distribution de vivres de première nécessité par l’association « Caravane de solidarité » et a arrêté sa Présidente. Des interventions parlementaires en ont découlé, ainsi que le dépôt d’une pétition par un membre de mon parti pour que ces intimidations dans un contexte d’urgence sociale cessent. Ces diverses interventions policières largement décriées convainquent-elles la police cantonale à revoir les priorités dans ses interventions dans le contexte du déconfinement ? Si oui, dans quel sens ?
]]>
lesverts@antispam.ch (Administrator) Tribune libre Thu, 14 May 2020 17:55:56 +0200
Les Vert.e.s genevois.e.s soutiennent la culture! #7: PIERRE WAZEM et la consommation énergétique https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6060-les-vert-e-s-genevois-e-s-soutiennent-la-culture-7-pierre-wazem-et-la-consommation-energetique.html https://www.verts-ge.ch/nos-idees/tribune-libre/item/6060-les-vert-e-s-genevois-e-s-soutiennent-la-culture-7-pierre-wazem-et-la-consommation-energetique.html Les Vert.e.s genevois.e.s soutiennent la culture! #7: PIERRE WAZEM et la consommation énergétique

Durant la crise du Covid-19, nous avons demandé à des artistes genevois.e.s d’illustrer avec humour les grands projets Verts pour une société plus résiliente. Aujourd’hui #7: PIERRE WAZEM !

Répondre à l’urgence climatique par un geste simple et efficace? Baissons nos chauffages en hiver! La consommation énergétique des bâtiments représente près d’1/4 des émissions de carbone du canton de Genève. 15 mai, jour de grève du climat, restons pleinement mobilisé.e.s pour atteindre l’objectif de -60% des émissions d’ici à 2030! Réduire notre dépendance aux énergies fossiles, rénover massivement le parc immobilier, promouvoir les économies d’énergie et les énergies renouvelables: voici des mesures concrètes pour réduire l’empreinte carbone de notre canton et relever les défis climatiques actuels! 

Engagez-vous à nos côtés pour répondre à l’urgence climatique, sociale et sanitaire, aujourd’hui comme demain!

Une expo-vente de tous les dessins réalisés pour les Vert.e.s genevois.e.s sera organisée cet automne. Les recettes seront reversées à une organisation caritative ou culturelle du canton de Genève ! 

Retrouvez le dessin # 8 : Olga Olga et les vélos

]]>
lesverts@antispam.ch (bruno) Tribune libre Thu, 14 May 2020 14:15:01 +0200