Accueil » Nos idées » Communiqués
lundi, 04 décembre 2017 16:18

Un large front pour dire "Dégageons l’OMC" !

Ce lundi 4 décembre, le comité d’organisation de la manifestation contre l’Organisation Mondiale du Commerce du samedi 9 décembre 2017 à Genève (14h · Pl. de la Navigation) tenait une conférence de presse pour exposer quelques unes des nombreuses raisons de se mobiliser massivement contre l’OMC et son agenda destructeur de libéralisation des échanges synonyme de catastrophes sociales, écologiques et sanitaires, au Nord comme au Sud. 

Esther Hartmann, Les Verts : « Ce qui se passe au niveau global avec l’OMC nous concerne directement au niveau local et a des conséquences bien réelles sur toute la population et sur les travailleurs agricoles. Il faut donc maintenir la mobilisation, car même si certains votes de circonstance au niveau parlementaire donnent parfois l’illusion que tout le monde est d’accord sur la nécessité d’une agriculture de proximité, dans les faits, l’agenda de l’OMC et de la dérégulation environnementale progresse. La volonté populaire, sur la sécurité alimentaire par exemple, doit être respectée ! »

Rudi Berli, Uniterre : « Le fait que la 11e conférence ministérielle de l’OMC la semaine prochaine se tienne à Buenos Aires en Argentine est une aubaine pour cette organisation, qui veut précisément profiter de la brèche ouverte par les changements de gouvernements en Amérique du Sud pour tenter de pousser sur place son agenda de libéralisation et d’ouverture des marchés, dans un contexte où traditionnellement les mouvements sociaux sud-américains souvent opposé une forte résistance à l’agenda néolibéral. Car les politiques de dérégulation de l’OMC sont un désastre pour le Nord comme le Sud. En Suisse, la question est cruciale : le secteur alimentaire, sur l’entier de la chaîne alimentaire (de la production agricole à la vente de détail ou la restauration) représente une part très importante de l’économie du pays. Dans ce contexte, la volonté du Conseil Fédéral de poursuivre l’agenda de l’OMC représente un véritable déni de démocratie par rapport à la volonté populaire de favoriser l’agriculture de proximité, comme cela s’est encore manifesté récemment par le vote écrasant en faveur de l’initiative pour la sécurité alimentaire. Le déni démocratique qui accompagne l’action de l’OMC s’est encore manifesté il y a quelques jours avec le banissement de 63 ONG et d’organisations de la société civile du sommet. Ces organisations, dont l’ONG suisse Alliance Sud, se sont en effet vues retirer par l’OMC leur accréditation pour cette conférence ministérielle. C’est un scandale ! »

Thibault Schneeberger, solidaritéS : « L’OMC a toujours servi de pied de biche aux pays du Nord pour ouvrir de force les marchés des pays du Sud à la concurrence, alors que ces derniers, contrairement aux pays occidentaux, n’ont pas eu le temps de se protéger pour se développer, avec à la clef les désastres sociaux et écologiques qu’on sait : destruction des normes sociales et environnementales, appauvrissement des paysans au Nord comme au Sud, etc. Le principe même des avantages comparatifs sur lesquels repose le socle idéologique de l’OMC qui consiste à déplacer des denrées alimentaires d’un bout à l’autre de la planète au motif d’une prétenduerationalité économique est totalement hors sujet dans un monde où le réchauffement climatique et la rareté énergétique obligent à une relocalisation de l’économie, en particulier dans le domaine de l’alimentation. Aujourd’hui, l’OMC passe un peu sous les radars médiatiques mais son influence reste très forte : c’est en effet sous sa pression que l’Inde a dû renoncer en 2016 à un projet de développement des énergies renouvelables sacrifiant des dizaines de milliers d’emplois dans la transition énergétique, que la France a divisé par 4 son projet de taxe sur l’huile de palme (« taxe Nutella »), ou encore que l’Union Européenne a dû reculer lorsqu’elle a voulu classer les sables bitumineux du Canada comme source d’énergie particulièrement polluante. À l’ordre du jour de cette 11e réunion ministérielle, la question de la présence résiduelle des pesticides dans l’alimentation, des perturbateurs endocriniens ou encore du glyphosate seront au cœur des débats et controverses. Sur ces trois sujets, l’OMC fait pression contre toute législation un tant soit peu contraignante, avec un certain succès déjà sur la question du glyphosate puisque l’Union Européenne vient de renouveler pour 5 ans l’autorisation de cet herbicide - pourtant reconnu comme cancérogène par l’OMS – au mépris du principe de précaution et de la large mobilisation populaire et citoyenne hostile au Roundup. Comme d’habitude avec l’OMC, ce sont les multinationales qui sont à la manœuvre et qui sacrifient l’intérêt de la population, des travailleurs·euses et de la planète sur l’autel de leur profit… Ne les laissons pas faire ! »

Gérard Scheller, Comité STOP-TiSA : « Les méthodes gravées dans les traités de libre-échange comme TiSA (accord sur le commerce des services) s’apparentent à celles utilisées par l’OMC : ce sont des multinationales qui attaquent des Etats a travers des tribunaux privés parce que leurs législations sont contraires à leurs intérêts. Le traité TiSA contient notamment une clause cliquet qui permet d’empêcher tout « retour en arrière » lorsqu’un secteur a été privatisé. Mais la mobilisation contre ces traités donne de l’espoir : ainsi, le traité TAFTA - ou TTIP - a été mis en échec en grande partie grâce à la mobilisation populaire, partie de la base. À Genève, plusieurs communes ainsi que le Grand Conseil ont voté des résolutions déclarant leur territoire zone hors-TiSA. Ces victoires ne sont pas définitives mais elles comptent dans le rapport de force. C’est la démonstration que les manifestations et mobilisations fonctionnent, c’est pourquoi il est plus qu’indispensable d’être nombreux·euses ce samedi à la manifestation!»

Les Verts genevois ?

Écologiquement cohérents, socialement engagés, globalement solidaire.

Lire la suite

Recevoir la newsletter ?

Nous contacter ?

14, rue des Voisins
case postale 345 - 1211 Genève 4

Tél. +41 22 800 38 48
E-mail : info(at)verts-ge.ch
CCP 12-1262-9
Parti écologiste genevois (Les Verts)
Formulaire email et plan d'accès

Rester connecté-e !

facebooktwitteryoutubeinstagramrss