Accueil » Nos idées » Echos du Grand Conseil
mardi, 26 mars 2019 14:25

Le Grand Conseil envoie un signal positif sur l’asile mais continue à soutenir la traversée du lac, en pleine crise climatique !

Echo du Grand Conseil de la session de mars par Adrienne Sordet, députée

Les sessions du Grand Conseil du 21 et 22 mars furent mi-figue, mi-raisin. Si les sessions semblaient pleines de bon sens et suivre un bon déroulement, c’était sans compter le dernier sujet de la session du vendredi : la Traversée du lac. Ou comment le bon sens a pris la poudre d’escampette.

Traversée du Lac : des millions jetés à l’eau

Hélas ! Le Grand Conseil s’est prononcé en faveur du crédit d’études concernant la traversée du Lac. Si, grâce à un amendement de dernière minute, déposé par le PS, les Verts et le MCG, le crédit ne s’élève plus qu’à 6 millions au lieu de 24 millions, il s’agit tout de même d’une somme colossale pour une traversée, qui, nous l’espérons, ne verra jamais le jour.

François Lefort, rapporteur de 1ère minorité, qui a combattu le projet depuis le début, déclare :

« Certes, le principe de traversée du lac a été accepté en votation, mais ce n’est que l’idée d’une traversée du lac qui a été acceptée. Ce ne sont ni sa forme, ni son tracé, ni, surtout, son coût et le financement de ce coût. Les Verts sont pour des solutions réalistes, à mettre en œuvre dès maintenant et moins coûteuse que la traversée du lac. »

Une motion liée au projet de loi précédent a également été traitée. Elle demandait au Conseil d’État de réaffirmer la nécessité de la traversée du lac dans le plan directeur cantonal 2030, ainsi que le besoin de mener rapidement à terme les études concernant la traversée du lac. Mathias Buschbeck, rapporteur de minorité, s’y est fortement opposé :

« Comment peut-on encore imaginer, alors que notre plan climat cantonal prévoit une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d'ici 2030, que notre priorité n°1, celle qui engloutirait tous nos moyens financiers, soit la réalisation de cet ouvrage d'un autre temps ?»

Accord-cadre avec l’Union-Européenne

Jeudi soir, L’UDC a demandé l’urgence sur la résolution qu’il avait déposé. Cette dernière interpellait l’Assemblée fédérale en la priant de rejeter sans conditions l’accord-cadre avec l’UE.

Comme le souligne Pierre Eckert, chef de groupe : « Il est important que nos relations avec l'Union Européenne soient stabilisées. L'accord-cadre actuellement proposé n'est toutefois pas acceptable pour des raisons de protection des travailleurs et des services publics. Il doit être renégocié. » La résolution a donc été refusée par la députation verte, bien que celle-ci reste attentive aux négociations qui se dérouleront au sein du parlement à Berne.

Pas de centre d’attente et de départ fédéral : all refugees are welcome !

En réponse à une motion déposée sur le même sujet à Berne, les Verts ont demandé l’urgence sur la motion concernant le centre de départ fédéral. Eurêka ! L’Alternative et le PDC ont accepté la motion. Le Conseil d’État devra maintenant composer avec cette demande du Grand Conseil genevois.

Delphine Klopfenstein, députée Verte, soulève que « le plus inquiétant est certainement le caractère carcéral des Centres fédéraux pour requérant.e.s d’asile (CFA). On parle de clôture qui entoure le centre, de contrôle à l’entrée, de fouille. Les personnes, des familles également, se retrouvent en semi-détention. On assiste là à une criminalisation des personnes en situation d’exil, on bafoue littéralement leurs droits fondamentaux. »

TPG : sous-traitance des employés refusée par le parlement

Suite à un projet de loi déjà traité en plénière puis renvoyé en commission pour modifications, l’Entente du parlement estimait que le projet de loi était dorénavant satisfaisant. C’était sans compter le retournement de veste du MCG et l’unité de l’Alternative ! Le projet de loi a été refusé, enterrant la sous-traitance des employés des TPG.

Delphine Klopfenstein a brillamment défendu la position des Verts et contribué à cette victoire : « La sous-traitance tend à favoriser des emplois précaires avec des conditions de travail généralement moins bonnes qu'à l'Etat et moins contrôlées. Répondre à la baisse des tarifs TPG par une augmentation de la sous-traitance est tout aussi mauvais que de baisser les prestations. Ne mettons pas un pied dans la porte de la privatisation »

Les initiatives

Le parlement s’est prononcé jeudi soir sur les initiatives 172 et 173, autrement appelées « Zéro pertes : Garantir les ressources publiques, les prestations et la création d’emplois » et « 23 CHF, C’est un minimum ».

Les deux initiatives méritaient d’être étudiées plus largement pour pouvoir être votées consciencieusement. L’IN 172 a été renvoyée en commission fiscale, et l’IN 173 en commission de l’économie. Pour cette dernière, les Verts auraient aimé qu’elle soit envoyée en commission sociale, considérant que le salaire minimum permettra de limiter les recours aux prestations sociales puisque l’économie rétribuerait alors correctement le travail. Malheureusement, une majorité du Grand Conseil estime que le salaire n’est pas une prestation sociale.  

Jean Rossiaud s’est exprimé au sujet de l’IN 172 : «  Oui à une réforme de la fiscalité des entreprises, mais sans diminuer les recettes fiscales : protégeons nos ressources financières pour lutter contre le réchauffement climatique et garantir les prestations à la population. Refusons d’entrer dans le jeu de la concurrence fiscale internationale et inter-cantonale, et repensons notre mode de développement ! ».

Marche des fiertés : le Grand Conseil accepte une motion d’Yves de Matteis, député suppléant Vert.

Yves de Matteis a déposé une motion concernant la Pride à Genève. Celle-ci invite le Conseil d’État à soutenir le principe de la tenue d’un tel évènement sur le territoire genevois et de le soutenir en délivrant les autorisations d’usages. La motion demande aussi de confirmer le soutien logistique et de la pleine collaboration des services cantonaux mobilisé dans le cadre de la planification, préparation et mise en œuvre de l’évènement. Enfin, elle invite le Conseil d’État à considérer cet évènement d’utilité publique et à venir y faire un discours.

La motion a été largement soutenue par l’Alternative et le PDC, grâce, notamment, à l’intervention de la députée Verte Paloma Tschudi : « Toutefois, il reste du chemin à parcourir vers l’égalité et la lutte contre l’homophobie et la transphobie doit être le combat de toutes et tous.  Les associations LGBTIQ+ ont joué et jouent un rôle central dans cette lutte et ne sont pas étrangère au rôle précurseur du Canton de Genève. C'est pour reconnaitre ce rôle innovateur de notre Canton mais aussi et surtout pour reconnaître le travail effectué par les associations LGBTIQ+, que cette motion a été déposée, afin que la prochaine Pride, la quatrième à Genève depuis ses débuts en 1997, puisse se dérouler dans des conditions optimales, notamment sur le plan de la sécurité. ».

Traite des êtres humains : le Grand Conseil prend des mesures

Le Grand Conseil a voté et accepté en urgence le projet de loi sur la lutte contre la traite d’êtres humains (LTHE). Cette nouvelle loi stipule que l’État soutient les institutions publiques ou privées actives dans la lutte contre les êtres humains et encourage, soutient et développe la formation et la recherche dans le domaine de la traite des êtres humains. Jean Rossiaud, député Vert, déclare, à ce sujet : « La traite des êtres humains, l’esclavage, sont les choses les plus graves en termes de droits humains. Et ces violations se passent sur notre territoire, celui de la République de Genève, Capitale mondiale des Droits humains. C’est inacceptable ! Oui au renforcement des dispositifs existants, par une loi qui qui donne un cadre légal, à la prévention et à l’identification des victimes, pour les faire sortir de l’invisibilité et leur porter assistance et secours. »

Les Verts genevois ?

Écologiquement cohérents, socialement engagés, globalement solidaires.

Lire la suite

Recevoir la newsletter ?

Nous contacter ?

14, rue des Voisins
case postale 345 - 1211 Genève 4

Tél. +41 22 800 38 48
E-mail : info(at)verts-ge.ch
CH15 0839 0034 9879 1000 6
Parti écologiste genevois (Les Verts)
Formulaire email et plan d'accès

Rester connecté-e !

facebooktwitteryoutubeinstagramrss