Accueil » Nos idées

Tribune libre

Tribune libre

La parole aux Vert-e-s!

mardi, 12 décembre 2017 18:05

No-Billag ? Non, non et non !

Par Lisa Mazzone, Conseillère nationale
L’heure est grave. Les restructurations des groupes de presse font fondre les titres romands, tandis que la presse blochérienne étend son emprise. C'est dans ce contexte que l’initiative No-Billag souhaite débrancher les radios et télévisions du service public, qui garantissent l’équilibre des opinions.
En supprimant la redevance comme le veut l'initiative, on coupe les vivres non seulement à la RTS, mais aussi aux nombreuses radios et télévisions privées comme Léman Bleu. En tant que Romands, ce serait d’autant plus se tirer une balle dans le pied que grâce à la solidarité entre régions linguistiques, nos médias publics bénéficient d’un budget beaucoup plus grand que la proportion de notre population.
Pire, on risque de se retrouver avec une prédominance des chaînes étrangères qui n’ont que faire de nos scrutins politiques et des enjeux locaux, ainsi qu’avec des programmes sportifs payants.
No Billag...
Par Anne Chaudieu, candidate au Grand Conseil en 2018 et habitante de Versoix
Le plan PSIA (Plan Sectoriel des Infrastructures Aéronautiques) dédié à l'Aéroport de Genève a été rendu public. Ce plan valide et accompagne les prévisions de croissance de l’aéroport à l’horizon 2030. Les citoyen-ne-s sont invité-e-s à faire part de leurs remarques sur ce document d’ici au lundi 8 janvier 2018 en écrivant à l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC – Consultation PSIA - CP 3003 Berne).
La critique principale qui peut être adressée au plan PSIA est celle de l’opacité des critères d’évaluation liés à la pollution émise par l’Aéroport. Concernant le bruit, celui-ci est calculé et non mesuré. Quant à la protection de l’air, de l’eau et des sols, elle est tout simplement absente du plan.
Au lieu de cela, ce plan propose uniquement des mesures présentées comme compensatoires mais qui ne sont que des leurres. Le mandat de certain-ne-s élu-e-s ? Il se...
mardi, 05 décembre 2017 12:05

Manifestons contre l’OMC le 9 décembre

Par Esther Hartmann et Isabelle Pasquier, candidates au Grand Conseil en 2018
Du 10 au 13 décembre se tiendra la prochaine conférence ministérielle de l’OMC. Prévue en Argentine, elle aura de grande répercussion sur notre avenir !
L’OMC, les accords de libre-échange bilatéraux, régionaux et les accords sur les services (TISA) incarnent un modèle économique basé sur une croissance sans limite et une mise en concurrence globale, alors que les ressources de notre planète sont limitées.
Si les règles édictées au sein de l’OMC nous semblent bien éloignées, les répercussions locales sont bel et bien réelles et directes sur notre consommation, notre santé et notre environnement.
Plus concrètement, les produits agricoles ne doivent pas être soumis aux règles de l’OMC. L’initiative des Verts pour les aliments équitables s’inscrit dans cette logique. Nous privilégions une agriculture de proximité, respectueuse de la nature, offrant des conditions de travail...
Un chiffre : 26, c’est le nombre de femmes élues au Grand Conseil genevois en 2013, soit à peine plus du quart de notre Parlement. Moins encore qu’en 2005 où elles n’étaient déjà que 31. A titre de comparaison, la Suède frise la parité avec ses 43.6% de femmes élues, sans parler du Rwanda où plus de 60% de femmes occupent le Parlement[1] . Cherchez l’erreur !
Moins nombreuses que les hommes sur les listes, les femmes restent désespérément sous-représentées dans les élections genevoises. Il convient alors de modifier cette situation et les partis ont un rôle fondamental à jouer. Parmi les étapes obligées pour améliorer ce score déplorable, la composition des listes est déterminante.
A moins de six mois des élections cantonales, alors que les partis politiques du bout du lac se mettent en ordre de marche pour renouveler les autorités législatives et exécutives, le signal est mauvais. Sur les listes du PLR et du PDC, les femmes représentent moins d’un tiers des...
La droite a voté en 2010 une modification du droit fédéral imposant aux caisses de pensions publiques des augmentations massives de leur capital. Bien qu’inutile, cette mesure coûte des milliards. Aveuglé par ses préjugés contre la fonction publique, la droite a contraint les caisses publiques à capitaliser à hauteur de 80% de leurs engagements au moment même où l’on peut douter de la rentabilité et de la stabilité des marchés financiers.
Puisqu’il faut dépenser des milliards pour équilibrer la Caisse de Pension de l’Etat de Genève (CPEG), l’ASLOCA et le CARTEL se sont mis ensemble afin de sauvegarder les retraites des affilié-e-s à la CPEG et afin de construire du logement abordable via la cession de terrains constructibles notamment sur le quartier de Prailles-Acacias-Vernets (PAV).
Avec cette initiative, que les Verts soutiennent, les citoyen-ne-s pourront non seulement garantir des rendements stables sur le long terme à la CPEG, mais en plus, les locataires seront...

Les Verts genevois ?

Écologiquement cohérents, socialement engagés, globalement solidaires.

Lire la suite

Recevoir la newsletter ?

Nous contacter ?

14, rue des Voisins
case postale 345 - 1211 Genève 4

Tél. +41 22 800 38 48
E-mail : info(at)verts-ge.ch
CH15 0839 0034 9879 1000 6
Parti écologiste genevois (Les Verts)
Formulaire email et plan d'accès

Rester connecté-e !

facebooktwitteryoutubeinstagramrss