Accueil » Nos idées » Tribune libre
vendredi, 04 octobre 2019 09:35

Le pétrole, pierre d'achoppement et âge de pierre

Par Delphine Klopfenstein Broggini, députée et candidate au Conseil National. Texte paru dans son blog du Temps le 2 octobre 2019.

Il y a un peu moins d’une année, le Conseil national édulcorait complètement la loi sur le CO2, lui donnant aucune chance d’accéder aux exigences des accords de Paris. C’est le Conseil des Etats, des mois plus tard, qui prendra un peu de hauteur, plaçant la taxe CO2 au cœur du débat. Mais est-il monté assez haut ? Répond-il désormais à l’appel des 100’000 manifestants et manifestantes pour le climat ?

Loin d’une révolution, la loi sur le CO2, revisitée par le Conseil des Etats, active les justes leviers, à savoir la taxe sur le CO2. Selon le principe du pollueur-payeur, ce système incitatif de malus bonus permet de prélever sur les technologies polluantes et de redistribuer l’argent à la population et dans des projets durables. C’est le cas de la taxe C02 sur le mazout dont les deux tiers de la taxe retournent à la population via les assurances maladies et aux entreprises via les factures de l’AVS. Le tiers restant est transformé en subvention pour inciter les propriétaires à isoler leur bâtiment et investir dans des chauffages hors fossile. Cette taxe existait déjà avant le passage au Conseil des Etats mais a été renforcée.

La taxe CO2 sur les billets d’avion, comme nouvelle mesure, fonctionne sur le même principe, à savoir la constitution d’un fond climat pour des mesures de réductions d’émissions de CO2. Ce fond pourrait directement financer des projets ferroviaires en étoffant l’offre de trains de nuit en Europe. En dix ans, les trains de nuit ont été littéralement démantelés, tandis que l’offre de « low cost » a explosé, avec des prix dégriffés, sans aucune taxe sur le kérosène et dont l’impact environnemental est désastreux. Pour rappel, le trafic aérien correspond à un quart des émissions du canton de Genève.

La mobilité, de son côté, est un des rares domaines qui n’atteint pas du tout ses objectifs de réduction d’émission de CO2. L’année passée encore, la vente de voiture 4×4 battait son record en Suisse ! La taxe CO2 sur l’essence n’est malheureusement toujours pas à l’ordre du jour, elle permettrait pourtant de bouger les lignes et de s’affranchir à terme de la voiture thermique comme le feront courageusement la Norvège, la Suède, l’Islande, l’Irlande et la Hollande à l’horizon 2025 et 2030.

A la question, le Conseil des Etats a-t-il répondu aux 100’000 manifestantes et manifestants pour le climat ? La réponse est non. S’il va désormais dans la juste direction, il ne va ni assez loin ni assez vite ! Sans conteste, le pétrole, âge de pierre, est la pierre d’achoppement: sortir de la crise c’est sortir du pétrole !

Les Verts genevois ?

Écologiquement cohérents, socialement engagés, globalement solidaires.

Lire la suite

Recevoir la newsletter ?

Nous contacter ?

14, rue des Voisins
case postale 345 - 1211 Genève 4

Tél. +41 22 800 38 48
E-mail : info(at)verts-ge.ch
CH15 0839 0034 9879 1000 6
Parti écologiste genevois (Les Verts)
Formulaire email et plan d'accès

Rester connecté-e !

facebooktwitteryoutubeinstagramrss